Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Projet Grand Paris : son développement économique - Cushman & Wakefield

GRAND PARIS : Son développement économique.


Le Grand Paris : définition

Le  projet  du  Grand  Paris  a  pour  but  de  permettre  à  la région Ile-de-France de rivaliser avec les villes-mondes à l’international.

Les projets s’articulent autour de 8 domaines :


  • Gares
  • Centres techniques
  • Construction
  • Culture
  • Urbanisme
  • Transports
  • Digital
  • Environnement

Son développement économique s’axe autour de trois points:

  • Attirer et retenir les emplois et compétences de demain.
  • Devenir un berceau de l’innovation et de l’entrepreneuriat ayant du poids au niveau mondial.
  • Drainer les investissements nationaux et internationaux.  Le  but  =>  Accroître  la  dynamique de  la  région  au  niveau international.

Les 3 révélateurs de la métropole du futur :


  • L’attraction des emplois et des compétences.
  • La mise en place de l’innovation et de l’entrepreneuriat.
  • La  capacité à drainer les investissements et les investisseurs.




La carte du Grand Paris :

Acteurs institutionnels :

  • Société du Grand Paris : établissement public à caractère industriel et commercial chargé de concevoir, élaborer et assurer la réalisation du schéma d’ensemble des projets d’infrastructures composant le réseau des transports publics du Grand Paris.
  • Métropole du Grand Paris : entité juridique chargée de l’aménagement de l’espace métropolitain et du développement économique et culturel.
  • Paris Métropole : fédération des collectivités du Grand Paris et des acteurs économiques partenaires chargée de la réflexion autour des domaines du développement et de la solidarité, des déplacements, du logement et des projets métropolitains.
  • L’atelier international du Grand Paris : comité qui produit des études pour éclairer les choix relatifs au Grand Paris.

Emplois et compétences

Paris dans le top 3 des viviers de compétences et de talents en Europe après Londres et Berlin :

  1. Berlin : 4.3 (noùbre d'étudiants dans l'enseignement supérieur pour 100.000 habitants) et 7% industrie de haute technologie
  2. Londres : 4.4 et 6.5%
  3. Paris : 5.3 et 6%
Le territoire francilien attire 35% des cadres et professions intellectuelles françaises
La région est la plus prolifique d’Europe concernant le nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur

  • 86 % des actifs franciliens sont diplômés
  • 76% ont un niveau de diplôme supérieur
  • 600 000 étudiants dont 21 000 doctorants

Les clefs de la réussite

  • Créer une dynamique de projets et d’initiatives créatrices d’emplois.
  • Interroger la nouvelle cartographie des activités économiques et la place des activités productives.
  • Se fondre sur une stratégie d’attractivité large, incluant talents et capitaux.

Difficultés

  • Un taux de chômage critique de 9,6 % en 2015, soit une évolution de +1,1 point, alors que Berlin affiche une baisse de 3,4 points.
  • Une forte inégalité sociale et territoriale, avec un écart allant de 1 à 5 points entre le niveau de vie des ménages les plus aisés et celui des plus modestes.
  • Des incertitudes de l’impact réel de la dynamique du Grand Paris sur l’employabilité des franciliens.
  • Un problème structurel de compétitivité fiscale et sociale.
  • Des PME délaissées par les projets d’aménagement des territoires.
  • Un risque de sur-programmation tertiaire (entre 170 000 et 500 000 m² tertiaires non absorbables par le marché à l’horizon 2030).

Solutions : stimuler la dynamique de l’emploi

  • Adapter les compétences des franciliens aux emplois de demain, réduire le temps de parcours pour élargir les bassins de l’emploi et augmenter la variété des offres.
  • Décloisonner les quartiers défavorisés en développant les aménagements urbains près des gares et en réfléchissant aux possibilités d’employabilité des riverains.
  • Accompagner la transition de l’économie et des compétences de la région francilienne.
  • Instaurer des réformes sur le marché du travail, alléger le niveau des charges sociales et la fiscalité générale des entreprises.
  • Développer une politique d’achat favorables aux PME locales.
  • Flexibiliser les formes de travail pour fluidifier le marché de l’emploi (télétravail, nomadisme d’entreprise, horaires décalées, création de tiers-lieux).

Innovation et entrepreneuriat

Une activité de recherche qui rayonne à l’international

  • La région Ile-de-France est leader de la recherche en Europe avec une moyenne de 10 brevets pour 10 000 habitants, mais elle reste encore loin derrière New York (39,8), Tokyo (66,7) et le leader mondial San Francisco (248,2).

Elle dispose de :

  • 7 clusters : Le Bourget, Evry-Villejuif, Saint-Denis-Pleyel, Paris-La-Défense, Grand Roissy, Cité-Descartes et Paris- Saclay.
  • 17 universités et 560 laboratoires attachés au CNRS.

Un nid pour les start-up et les entreprises innovantes

  • En 2016, Paris est en passe de ravir à Londres son titre de première région d’Europe attirant les start-up.
  • Elle est également la 2ème région mondiale possédant le plus grand nombre d’entreprises innovantes.
  • 12 000 jeunes start-up en Ile-de-France en 2015.
  • La Halle Freyssinet et le Cargo sont les deux plus gros incubateurs d’Europe avec une capacité d’accueil de 1 000 start-up chacun.

Difficultés

  • La métropole du Grand Paris est encore loin des résultats de San Francisco, Tokyo et New York concernant le nombre de brevets déposés et le montant des dépenses en R&D. Ses concurrentes jouent sur des territoires plus resserrés et des domaines d’excellence plus repérables.
  •  Les entreprises situées en France recrutent moins de talents internationaux spécialisés que les pays concurrents (seulement 22% de talents étrangers dans les start-up françaises contre 50% pour les londoniennes).
  • Le domaine de la recherche est peut valorisé malgré la place qu’occupe la France dans ce domaine.
  • Il existe encore trop peu de licornes* en France (3 parmi les 40 recensées en Europe) : Blablacar, Vente-privee.com, Criteo.
  • L’économie française de l’innovation manque de carburant financier. Malgré une activité du capital-risque parmi les plus performantes d’Europe, les montants des capitaux levés eux restent faibles (de l’ordre de 13% des montants levés en Europe pour seulement 21% des opérations).

*Entreprises innovantes valorisées à plus d’un milliard de dollars


Les clefs de la réussite :

  • Renforcer la visibilité internationale des pôles d’innovation.
  • Profiter de la construction des aménagements urbains pour expérimenter des solutions innovantes (logistique, télétravail, partage de données).
  • Se centrer sur son atout : l’entrepreneuriat technologique
Solutions : progresser à l’échelle internationale

  • Regrouper les universités et le capital académique pour rayonner à l’international. Continuer une dynamique de rapprochement public-privé de la French Tech et des pôles de compétitivité.
  • Concentrer les lieux de création et d’innovation, et développer les ramifications des réseaux de transports entre les clusters.
  • Multiplier les projets novateurs et développer les expérimentations, favoriser l’opportunité d’innover pour les entreprises.
  • Consolider les projets d’innovations en favorisant l’interconnexion des personnes, des marchandises et surtout des données numériques.

Attractivité

Une place forte de l’investissement international

L’investissement en Ile-de-France est régulé par trois facteurs du contexte économique :

  • L’hyper mobilité des personnes
  • L’économie de l’immatériel
  • La course aux visiteurs
La région est particulièrement prisée des investisseurs étrangers et jouit d’une image positive à l’échelle mondiale. Ses investissements directs sont axés sur les fonctions stratégiques d’implantations de sièges, quartiers généraux, centres R&D et commerciales.

L’Ile-de-France jouit d’une attractivité conséquente sur le territoire français en cumulant 30% du PIB pour 19% de la population française. Elle possède le taux de croissance le plus fort du pays.

Le Grand Paris est un centre de commandement international économique mais aussi politique en accueillant les sièges sociaux de nombreuses banques et organisations internationales type Unesco et OCDE.

Difficultés

  • Au niveau international, les événements de l’actualité 2015- 2016 ont eu des retombées économiques importantes sur le marché du tourisme de la capitale, y compris celui du tourisme tertiaire.
  • L’image de marque de Paris se dégrade progressivement sur les réseaux sociaux, en raison de la conjoncture politique et économique de la France.

Les clefs de la réussite

  • Créer une dynamique de création et d’appels à projets (amélioration des transports, création de logements, spécialisation des territoires, hub du Grand Paris).
  • Fédérer, regrouper autour du Grand Paris l’ensemble des atouts et des potentialités du territoire pour instaurer une dynamique économique collective.
  • Continuer d’attirer les investisseurs à l’international dans un contexte de forte compétitivité.
  • Conserver sa place de vitrine mondiale de la mode, de la culture et du luxe, en plus de devenir le lieu incontournable de l’entrepreneuriat technologique.

Solutions

Développer la visibilité de l’offre territoriale à l’international :

  • en utilisant une communication cohérente et harmonisée.
  • en se centrant sur l’e-réputation du Grand Paris sur les réseaux sociaux.
  • en valorisant à l’international Paris extra-muros.

Valoriser ses actifs

  • en regroupant en collectivité les acteurs du Grand Paris pour harmoniser les projets et les lignes conductrices des investissements.

Créer de nouvelles destinations d’investissement pour favoriser les implantations d’entreprises.


Plus d'informations auprès de notre service Research Cushman & Wakefield France :Magali Marton : magali.marton@cushwake.com


*****************

Sources / Etudes :