Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF Paris Bureaux T3 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat IDF Paris Bureaux T3 2018 - Toujours aussi dynamique ! 

Demande placée : jeu égal d’une année sur l’autre !

En dépit d’un stock vacant au plus bas (2,2%), le marché des bureaux parisien a conservé sa bonne dynamique pour totaliser près de 235 000 m² au 3ème trimestre, un chiffre quasi équivalent d’une année sur l’autre. Depuis le début de l’année, un peu plus de 784 000 m² de bureaux ont été placés dans la Capitale, marquant une progression de 5% du volume traité. Dans ce contexte, il est fort possible que la Capitale affiche à nouveau une demande placée supérieure au million de m² et ce pour la 3ème année consécutive. C’est dire le dynamisme de ce marché qui joue pleinement la carte de la centralité et de la qualité de son parc tertiaire, deux arguments de poids dans les réflexions immobilières des utilisateurs. Tous les micromarchés n’ont cependant pas bénéficié de cette bonne dynamique : si le QCA-Centre Ouest et les arrondissements du Sud ont vu leur rythme de commercialisations accélérer, la tendance est inverse dans le Nord-Est où les mouvements ont été moins nombreux.

Taux de vacance : toujours plus bas !

Le taux de vacance des bureaux parisiens n’en finit plus de baisser et atteint à la fin du 3ème trimestre son plus bas niveau depuis 10 ans à 2,2%. Nous sommes donc bien loin du taux de fluidité du marché et, tôt ou tard, les commercialisations ralentiront inévitablement faute d’un renouvellement suffisant de l’offre tant dans sa volumétrie que sa qualité.

Loyers de première main : la hausse reprend !

Le déséquilibre entre une offre en chute libre et un rythme de commercialisation toujours soutenu entretient une pression haussière sur les valeurs locatives, et en particulier des surfaces de première main, de plus en plus rares sur le marché parisien. Dans ce contexte, les loyers ont repris leur hausse au 3ème trimestre; ils se distribuent entre 460 €/m²/an dans le Nord-Est, 540 €/m²/an dans le Sud et 700 €/m²/an dans le QCA. Hormis dans le Sud, les valeurs locatives de transactions enregistrées depuis le début de l’année ont quasiment retrouvé leur niveau le plus élevé de la décennie.

Pour plus d'informations, téléchargez le pdf ci-dessus.

Cushman & Wakefield