Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Commerces T2 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MARKETBEAT France Commerces T2 2018

Qui veut aller loin…

Avec un moral en recul de 7 points en 6 mois, le pouvoir d’achat des ménages français a été pénalisé par un regain d’inflation induit entre autres par une hausse des prix du baril de pétrole, chahuté par les tensions géopolitiques au Moyen Orient et le retrait américain de l’accord sur le nucléaire Iranien. Du côté de la consommation, on note un léger fléchissement des dépenses au 2ème trimestre et particulièrement en mai, la série de jours fériés répartis sur les 4 semaines du mois ayant réduit les opportunités de dépenses. La consommation et l’investissement des ménages devraient rester modérés : +1,0% et +1,6% attendus sur l’ensemble de l’année 2018.

Toujours très fragile, le secteur du textile est l’un des seuls à afficher une évolution négative des dépenses de consommation depuis fin 2017 (-1,9% au 1er trimestre) malgré un mois d’avril performant (+4,2% par rapport à avril 2017). Avec la généralisation de la baisse du pouvoir d’achat, les ménages ont privilégié des secteurs d’activité plus incontournables comme les transports (+3,18 au 1er trimestre 2018) ou l’alimentation (+0,87% au 1er trimestre 2018). Les données disponibles de volumes de chiffres d’affaires jusqu’en avril montrent une certaine résilience particulièrement en hébergement-restauration, équipement du foyer et biens de culture-loisirs. Les ventes en équipement de la personne sont reparties à la hausse en avril, poussées par le dynamisme du secteur de la chaussure et maroquinerie (+8,8% par rapport à avril 2017). L’équipement de la maison maintient des performances positives avec une hausse des ventes en électroménager (+3,7% vs avril 2017).

L’indice d’activité du commerce spécialisé publié par PROCOS affiche un cumul annuel à fin mai en recul de          -2,7%. La périphérie, retail parks en tête, continue de montrer plus de résistance que le centre-ville mais les deux secteurs ont toutefois achevé le mois de mai sur une note négative, respectivement -4,1% et -6%.

… ménage sa monture

Les commerçants et les enseignes fondent leurs espoirs sur un 2nd semestre dynamique avant d’affronter la mise en place en janvier 2019 du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu qui devrait quelque peu bousculer les habitudes des consommateurs. Avec un salaire net disponible « visuellement » amputé, ces derniers seront probablement tentés de réduire leurs dépenses en biens anomaux, le temps de retrouver un équilibre dans leur budget.

Les enseignes misent aussi sur la province

Sur le marché des commerces de centres-villes, la province a marqué sa suprématie dans la majorité des secteurs d’activités totalisant près de 60% des ouvertures du semestre. Certaines métropoles de province ont profité de l’impulsion générée par des opérations de requalification en centre-ville comme la restructuration du Grand Hôtel Dieu à Lyon, ville où se sont concentrées à nouveau la majorité des opérations recensées en province (environ 30% en nombre et en surfaces). A Paris, en attendant la montée en gamme progressive de l’offre sur les Champs-Elysées, très visible d’ici 2019, la Rive Droite conforte sa prédominance en regroupant 70% des ouvertures parisiennes du semestre. L’arrivée des enseignes MISS POP ART, LAUREN VIDAL et LA MAISON LABICHE dans le quartier du Marais permettent au quartier de conserver son pouvoir de séduction envers une clientèle sélective en recherche de créativité et de qualité. La Rive Gauche n’est cependant pas en reste sur le segment du premium/haut-de-gamme, accueillant pour le secteur alimentaire, les enseignes asiatiques GRAM3 et CHATIME ainsi qu’une nouvelle épicerie chic HARRY COVER. 

Une mode moins à la mode

L’équipement de la personne, particulièrement éprouvé ces derniers mois, a montré des signes de ralentissement à l’issue du 1er semestre 2018. En nombre d’ouvertures recensées sur le territoire national, la part du secteur est passée de 40% en 2017 à 34% à la fin du 1er semestre 2018 dont 63% en province. En m², cette baisse est plus significative puisque la part des surfaces en équipement de la personne a diminué de moitié entre 2017 et 2018. Le secteur est talonné de près par le food & beverage avec 31% des opérations du semestre dont 19% pour la restauration majoritairement implantée sur la Capitale. Les restaurants ethniques sont toujours plébiscités à l’image de POKÉ BAR dans le quartier de l’Opéra ou LA CHURRASQUEIRIA dans le 17ème. Pour autant, le gagnant de ce 1er semestre est le secteur de l’équipement de la maison dont la part des ouvertures recensées a quasiment doublé sur les 6 premiers mois de l’année avec l’arrivée des enseignes OBBO DESIGN et BLANC CERISE dans le Grand Hôtel Dieu à Lyon ainsi que les enseignes d’aménagement KITCHEN FAB et LE MONDE DU BAIN à Paris.

Malgré une offre supérieure à la demande, les valeurs locatives prime des moyennes unités sont globalement stables, tout comme celles des grandes surfaces. Les artères parisiennes du luxe et les Champs-Elysées connaissent de nouveaux records de valeurs sur les boutiques  inférieures à 600 m².

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à télécharger l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield