Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Investissement Inferieur a 20M T1 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat France Investissement Inférieur à 20M T1 2018

Investissement France : une poche tertiaire au top !

Avec 3,9 milliards d’euros investis, sur l’ensemble du 1er trimestre 2018, l’année en cours semble d’ores et déjà s’inscrire dans la continuité des 4 dernières années (+1% d’une année sur l’autre). 2018 marque néanmoins sa différence par une baisse de 16% du nombre de cessions-acquisitions témoignant d’un début d’année très actif au-delà d’un montant unitaire de 100 millions d’euros. Parmi les 12 transactions réalisées sur ce créneau de montants, 10 transactions de bureaux en Ile-de-France ont abondé le compartiment tertiaire. Ce dernier, toujours prépondérant dans l’allocation des investisseurs, s’élève ainsi à 80% au 1er trimestre 2018, à comparer à une moyenne sur 10 ans de l’ordre de 70%.

Bureaux <20M€ : 11% du volume investi

Depuis 2014, l’afflux de liquidités sur le marché français a fait la part belle aux grands volumes tout en impactant mécaniquement le compartiment des montants unitaires inférieurs à 20 millions d’euros : 9% sur la période 2014-2017. A 11% au 1er trimestre 2018 (351 millions d’euros via 45 transactions), le poids des volumes inférieurs à 20 millions d’euros renoue avec sa moyenne décennale. Cette évolution est à relativiser puisqu’elle relève à ce jour davantage d’une cyclicité annuelle que d’une tendance de fond. Les bureaux de moins de 20 millions d’euros confirment, eux aussi, un démarrage proche de celui de l’année 2017 : +7% en volume et +5% en nombre.

En concentrant à elles seules déjà plus de 60% des montants engagés, les transactions de 10 à 20 millions d’euros, ont rythmé les 3 premiers mois de l’année 2018 via 16 opérations dont celle d’ « Aptimal » à Puteaux, immeuble 100% vacant à moderniser acquis par LFPI REIM auprès de LBO FRANCE. D’une manière générale, la répartition des volumes (0-5, 5-10, 10-20) au 1er trimestre 2018 colle davantage au profil de l’année 2016 qu’à celui de 2017.

Balance « Capitale / Province » proche de l’équilibre !

Sans toutefois voler la vedette à l’Ile-de-France, le dynamisme des cessions-acquisitions de bureaux de moins de 20 millions d’euros en régions, a amené le rapport Ile-de-France/Province vers son point d’équilibre : 53%-47% au 1er trimestre 2018, sensiblement différent d’un rapport 60%-40% relevé au cours des 10 dernières années. En 3 mois, près de 166 millions d’euros ont ainsi été investis, hors des frontières franciliennes. Conformément à la tendance générale, en captant un quart de ce montant, l’Auvergne-Rhône-Alpes conserve la pole position des statistiques régionales; suivent ensuite la Nouvelle-Aquitaine (16%) et les Hauts de France (14%). Ce podium est illustré par les principales signatures régionales de l’année 2018 : « City Saone » à Lyon (Acquéreur : GROUPAMA IMMOBILIER), « Wooden Park » à Mérignac (Acquéreur : FONCIERE INEA) et « Wood Park » à Marcq en Baroeul (Acquéreur : LA FRANCAISE REM).

Sous le signe du Croissant Ouest !

La frénésie parisienne de ce début d’année (61% du volume francilien tous montants confondus) n’a pas gagné les petits volumes d’investissements (inférieurs à 20 millions d’euros) dont le poids reste inchangé à 38% avec, entre autres, l’acquisition par COGIFRANCE d’un hôtel particulier dans le 8ème arrondissement. Les investissements en Deuxième Couronne (31% en 2017 mais seulement 2% au 1er trimestre 2018) laissent place à ceux du Croissant Ouest qui cumulent près de la moitié des montants investis via 6 transactions dont celle à Sèvres de l’immeuble « Le Majolique » (Acquéreur : AFFINE). Avec 4 transactions de moins de 10 millions d’euros, le poids des investissements en Première Couronne se maintient à 11% soit son niveau de l’année dernière. Sur la commune de Gentilly, en Première Couronne Sud, BECARRE DEVELOPPEMENT s’est notamment porté acquéreur d’un ensemble de 4 000 m² vide qui devrait être redéveloppé en résidence étudiante.

Téléchargez l'étude complète ci-dessus pour en savoir plus.

Cushman & Wakefield