Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Logistique T2 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat France Entrepôts - Logistique T2 2018 - Mi-Régime pour le locatif, Sprint pour l'investissement.

Back to normality

La demande placée d’entrepôts logistiques a totalisé 1,2 million de m² au 1er semestre 2018, un volume d’activité en recul de 25% en un an. La forte accélération du 2ème trimestre (717 000 m²) n’aura pas suffit à combler l’important retard observé au 1er trimestre. A titre de nuance, ce volume de transactions atteint tout juste sa moyenne décennale (1,2 million de m² de 2008 à 2017). Après un exercice 2017 d’exception, porté par les mouvements d’acteurs de la grande distribution et du e-commerce sur des formats logistique XXL, le rythme d’activité actuel fait figure de retour à une vitesse de croisière. D’autant que l’an passé à la même période, la demande placée affichait un retard de même ampleur. Compte tenu  du présent pipeline d’opérations, les scores de 2016 et 2017 seront difficiles à atteindre, et le volume d’activité devrait rester compris entre 2,5 et 3 millions de m².

Logisticiens sur la dorsale

Contrairement au début de l’année, le corridor logistique a repris l’ascendant pour concentrer 56% de l’activité transactionnelle. L’Ile-de-France, Lille et Marseille ont porté ce mouvement de rééquilibrage avec, à leur tête, KATOEN NATIE à Saint-Martin-de-Crau (13), ORCHESTRA à Saint-Laurent-Blangy (62) et EASYDIS à Fleury-Mérogis (91). La demande placée sur cet axe stratégique demeure nettement en retrait des ratios usuellement enregistrés (66% de 2008 à 2017). Hors de la dorsale, des marchés plus secondaires se sont distingués, à l’image de l’Auvergne-Rhône-Alpes (hors du marché de Lyon) et du Centre-Val de Loire, des régions animées par les clés-en-main de CDISCOUNT                 (60 000 m²) à Andrézieux-Bouthéon (42) et de LAPEYRE (73 800 m²) à Mer (41). A l’échelle nationale, la demande placée des chargeurs (53%) dépasse d’une courte tête celle des logisticiens. Ce ratio, en deçà de celui observé au cours de la décennie (60% en faveur des chargeurs) aura été soutenu par des comptes-propres menés aussi bien par des logisticiens que par des chargeurs (4 chacun).

L’Ile-de-France, Lille et Marseille en tête

L’Ile-de-France devance de loin tous les autres marchés, à l’origine de près de 40% de la demande placée sur le corridor logistique. Cette avance reste néanmoins sans comparaison avec les rythmes relevés au cours des 1ers semestres 2016 et 2017. Deux autres marchés on joué un rôle majeur, Lille (170 800 m²), qui met un terme à deux années d’érosion de son volume d’activité, et Marseille (93 000 m²), qui fait jeu égal avec son score de 2017. Fait marquant, à l’exception de Lille, la demande placée des logisticiens domine sur tous les grands marchés de la dorsale.


Plus d'informations en téléchargeant l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield France