Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Logistique T3 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat France Entrepôts - Logistique T3 2018

Crescendo…une octave plus bas

La demande placée d’entrepôts logistiques atteint 2,2 millions de m² au cumul des 9 premiers mois de l’année, un volume d’activité en repli de 20% d’une année sur l’autre. Après un démarrage en douceur, le rythme forcit au fil de l’année, et le 3ème trimestre 2018 a totalisé plus de 875 000 m² d’entrepôts commercialisés, dans la fourchette haute des meilleurs trimestres depuis 10 ans. Cette prise de vitesse, qui permet de dépasser sa moyenne décennale (1,9 million de m²) confirme un rythme soutenu. Si les records de 2016- 2017 paraissent difficiles à atteindre, une année 2018 dans le top 3 de la décennie - plus de 3 millions de m² - reste à portée. Les moteurs du marché français - refonte des supply chains, stratégies omni-canales, prises de position des purs players du e-commerce et dans leur sillage des 3PL’s - continuent en tout cas de dynamiser le marché.

Logisticiens et chargeurs au coude à coude

La demande placée s’est majoritairement concentrée sur la dorsale (61% du volume), mais son poids reste encore inférieur aux 66% observés en moyenne depuis 10 ans. Contrairement à l’an passé, déjà animé par 4 transactions XXL (plus de 60 000 m²) à la même époque, l’Île-de-France compte seulement deux opérations de plus 40 000 m² au terme du 3ème trimestre. Les 4 plus grandes transactions de 2018 se partagent entre Lille, Marseille et plusieurs marchés plus secondaires. A cet égard, l’Auvergne-Rhône-Alpes (hors du marché de Lyon), le Centre-Val de Loire, les Pays de la Loire et la Normandie se sont distingués, théâtre de BEFA*, de comptes propres et dans une moindre mesure de clés-en-main. A l’échelle nationale, la demande placée des chargeurs talonne celle des logisticiens; cet équilibre correspond au recul de leurs clés-en main, qui contraste avec le rythme soutenu des prises à bail (location et BEFA) des logisticiens.

Île-de-France en tête, record pour Lille, Marseille décolle

L'Île-de-France devance tous les autres marchés, à l’origine de plus d’un mètre carré sur deux commercialisé sur le corridor logistique. Pour autant ce poids reste en retrait des rythmes exceptionnels relevés en 2016 et en 2017. Deux marchés de la dorsale ont tiré leur épingle du jeu : Lille (356 000 m²), qui affiche déjà un record depuis 2008 et Marseille (176 000 m²), en ascension depuis bientôt deux ans. Ces marchés ont chacun bénéficié d’une transaction XXL, auxquels se sont ajoutés plusieurs comptes-propres de plus de 30 000 m² à Lille. Lyon (97 000 m²) reste en revanche loin de son temps de passage de l’année passée.


Plus d'informations en téléchargeant l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield France