Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF Grandes Transactions Bureaux T2 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat IDF Grandes Transactions de Bureaux T2 2018 - Tout roule !


Retour à la moyenne

La hausse d’à peine 0,2% du Produit Intérieur Brut (PIB) français au 1er trimestre 2018 contraste avec le pic de croissance de l’année 2017 (+2,3% en un an). Bien qu’attendu, ce ralentissement a toutefois surpris par son ampleur. Des facteurs tant nationaux (consommation des ménages atone, stabilisation des investissements en logements) qu’internationaux (forte appréciation de l’euro, tensions protectionnistes, etc…) ont jeté une ombre sur l’environnement économique. Les récentes positions de l’insaisissable président américain et les conséquences des élections italiennes obscurcissent les prévisions de croissance européenne pour la fin d’année. En France, le climat des affaires et le moral des ménages ont chacun chuté de respectivement 5,6 et 7 points en 6 mois. Conséquence directe des taxes commerciales américaines, prémices d’une « guerre USA-Chine », les entreprises s’inquiètent d’une dégradation de leurs carnets de commandes. Le pouvoir d’achat des ménages français est pour sa part pénalisé par un regain d’inflation induit entre autres par une hausse des prix du baril de pétrole, chahuté par les tensions géopolitiques au Moyen Orient et le retrait américain de l’accord sur le nucléaire Iranien. La consommation et l’investissement des ménages devraient ainsi rester modérés : +1,0% et +1,6% attendus sur l’ensemble de l’année 2018.

Ralentissement en perspective

Depuis le début de l’année, le nombre d’entreprises créées chaque mois a explosé : +59 000 en 2018 à comparer à +49 000 en 2017. La simplification du statut de micro entreprise via la loi de finance 2018 a ainsi eu l’effet escompté notamment sur les secteurs du transport et de l’entreposage (+ 5 500 créations par mois). Résultat d’une croissance moins soutenue, les créations d’emplois toujours dynamiques (+83 000 emplois salariés marchands au 1er semestre 2018) actent cependant une nette décélération (+172 000 au 1er semestre 2017). Parmi les emplois salariés marchands, le secteur tertiaire concentre l’essentiel des créations de postes alors que l’interim s’essouffle et l’industrie reste en zone rouge. Bien que toujours orienté à la baisse (- 3 000) l’emploi salarié non marchand devrait dès le prochain trimestre profiter de la mise en place du nouveau dispositif « Parcours emploi compétences ». Le taux de chômage devrait, selon Oxford Economics, à nouveau se contracter et ce, pour la 3ème année consécutive. Il s’établirait ainsi en fin d’année à 8,9% au niveau national et 8,2% en Ile-de-France (à comparer respectivement à 9,4% et 8,7% pour l’année 2017).

Très bonne tenue des grandes transactions au 1er semestre 2018

Les commercialisations de bureaux de grandes surfaces – c’est-à-dire supérieures à 5 000 m² - en Ile-de-France ont atteint un peu plus de 582 000 m² traités au 1er semestre 2018, soit 43% de la demande placée totale enregistrée de janvier à juin. Ce volume affiche une hausse de 29% en un an, un chiffre qui superforme le résultat enregistré toutes tailles confondues (+17%). Le nombre de transactions à mi année a, lui aussi, fortement augmenté, passant de 29 en 2017 à 42 signatures en 2018; il s’inscrit pleinement dans la tendance observée en 2017 avec 87 mouvements au cumul de l’année, un record absolu pour le marché francilien.

Les transactions les plus significatives se sont portées sur des localisations en proche périphérie de la Capitale, plus à même d’accueillir des très grandes surfaces de bureaux. Ces signatures ont été réalisées principalement dans le Croissant Ouest, avec le positionnement de VINCI (62 650 m²), TECHNIP FMC (48 460 m²) et DANONE (25 100 m²) en Péri-Défense, et de NESTLE (46 750 m²) en Boucle Sud; enfin, le GROUPE ALTICE a, quant à lui, finalisé l’acquisition de «Qu4drans» dans le 15ème arrondissement de la Capitale, avec le dernier bâtiment (24 250 m²) de l’ensemble. Notons que ce top 5 des transactions sont tous des mouvements de regroupement.

Tendance haussière sur presque tous les segments et signature d’un méga-deal

La hausse du volume placé se retrouve sur presque tous les segments de surfaces au 1er semestre 2018. La plus forte activité du marché se concentre toujours sur les surfaces entre 10 000 et 25 000 m² (38% du volume total) avec 220 600 m² placés au 1er semestre 2018, en progression de 27% en un an.

Les commercialisations enregistrées sur le segment des surfaces de 5 000 à 10 000 m² représentent, quant à elles,     178 500 m² placés de janvier à juin, soit 31% du total et affichent la hausse la plus importante (+84% en un an). Ce segment de surfaces, le plus prolifique en termes de nombre de signatures (24 deals), est donc celui qui tire principalement la croissance du marché en Ile-de-France.

Entre 25 000 à 50 000 m², le volume placé s’élève à 120 300 m² au 1er semestre (+32% en un an). Le nombre de signatures (3), relativement faible sur ce segment, reste cependant égal à celui enregistré l’an dernier à la même période. Enfin, le retour des méga-deals opéré en 2017 se confirme au 1er semestre 2018 avec la signature du compte propre de VINCI sur 62 650 m² à développer dans le quartier des Groues à Nanterre.

Téléchargez l'étude complète afin d'avoir plus de renseignements.

Cushman & Wakefield