Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Les Cles du Marche Bureaux IDF T2 2019

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

Les Clés du Marché Bureaux / Ile-de-France T2 2019

"Paris au top...et les autres secteurs à la peine"

Les apparences sont parfois trompeuses… preuve en sont les résultats du marché des bureaux en Ile-de-France au 2ème trimestre 2019. Les 563 200 m² de surfaces tertiaires commercialisées sur les 3 dernières mois marquent une légère augmentation d’un trimestre sur l’autre (539 000 m² au 1er trimestre) et permettent au marché francilien de franchir la barre du million de m² placés à mi-année. Si l’évolution d’une année sur l’autre est négative avec un repli de 20%, elle laisse place à un volume en ligne avec la moyenne de 1,1 million de m² observée entre 2009 et 2018. Plus encore, le détail des prises à bail et autres ventes à utilisateurs révèle des tendances nouvelles porteuses d’espoirs pour la seconde partie de l’année. Citons en 1 er lieu la bonne tenue des transactions sur des surfaces de taille intermédiaire - celles de 1 000 à 5 000 m² - qui font jeu égal d’une année sur l’autre avec un volume traité de l’ordre de 379 000 m². Les petits gabarits sont en revanche orientés à la baisse tant en m² (-7%) qu’en nombre de signatures (-9%) à l’échelle de la région et plus encore à Paris où la faiblesse de l’offre disponible réduit la mobilité des entreprises dans le circuit classique, hors centres de coworking. Le recul de l’activité transactionnelle est surtout sensible sur les grandes surfaces (-41% en un an pour 349 000 m²) en dépit d’un nombre de signatures en progression (14 au 1er trimestre et 20 au 2ème). Le plébiscite de Paris se poursuit sur des gabarits compris entre 5 000 et 13 000 m² alors que la Première Couronne accueille à nouveau le plus grand mouvement du trimestre avec l’implantation de la SOCIETE DU GRAND PARIS sur « Moods » à Saint-Denis. Ailleurs, les reculs respectifs de 39% et 37% de la demande placée totale dans le Croissant Ouest et à La Défense sont le signe évident d’un moindre intérêt des utilisateurs corroboré par un nombre de demandes et de visites en baisse.

L'offre immédiatement disponible en Ile-de-France poursuit inexorablement son mouvement de repli ; en un an, elle a perdu 7% de sa substance avec à peine 2,9 millions de m² de surfaces vacantes à l'échelle de la région, soit un taux de vacance de 5,1%. Les baisses les plus significatives sont observées ce trimestre en Première Couronne (-14% en un an) et sur le Croissant Ouest (-8%). Le stock parisien, quant à lui, frappe les esprits avec un niveau plancher de 388 000 m² vacants, soit à peine 5 mois de commercialisation au rythme actuel.

La quasi-totalité des secteurs tertiaires en Ile-de-France – à l’exception de La Défense - voit leurs valeurs locatives faciales augmenter d’une année sur l’autre en ce qui concerne les bureaux de classe A. Cette évolution est logique compte tenu des volumes de demande placée et ceux de l’offre à Paris alors même que la demande des entreprises est toujours forte pour cette qualité de surfaces en hyper centre. La tendance est sensiblement différente en ce qui concerne les bureaux de seconde main, une qualité d’espaces qui concentre l’essentiel de l’activité du marché. Il se segmente fortement entre la Capitale qui enchaine une augmentation des valeurs locatives de 9% en moyenne, après +10% en 2018 et la périphérie. Le Croissant Ouest affiche également une hausse de ses loyers de seconde main dans une proportion plus modeste (+3%). A l’inverse, l’heure est à la correction en Première (-8%) et la Deuxième Couronne (-7%), une tendance baissière qui met en lumière l’inadéquation d’une partie significative du parc de bureaux.


Téléchargez l'étude complète ci-dessus.

D'autres études sont disponibles ici : http://www.cushmanwakefield.fr/fr-fr/research-and-insight

Cushman & Wakefield France.