Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat Bureaux Toulouse T4 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat Bureaux Toulouse T4 2018

Demande placée : final en fanfare

Au terme d’un 4ème trimestre quasi anthologique - il faut remonter à 2010 pour retrouver un volume de transaction supérieur - le marché des bureaux de l’agglomération toulousaine affiche une demande placée de 178 000 m², dont près de 64 00 m² traités au cours des 3 derniers mois. Ce dynamisme des transactions permet au marché toulousain d’afficher une croissance de 9% en un an, un niveau 30% supérieur à sa moyenne décennale. Toulouse conforte donc son statut de 3ème marché en régions, avec une séquence 2016-2018 qui a vu la demande placée scorer nettement au-dessus des 160 000 m² et se rapprocher des 170 000 m² consommés.

Succès du neuf toulousain

La bonne dynamique des transactions en 2018 a été soutenue par l’écoulement des bureaux neufs ou restructurés, en progression de 29% en un an pour atteindre 95 500 m², un niveau inédit depuis 2016. Les entreprises ont massivement porté leur choix sur cette qualité de surface pour leurs mouvements d’implantation les plus significatifs. Citons les opérations réalisées en compte propre par AIRBUS DEFENSE AND SPACE sur plus de 14 200 m² à Montaudran et LYRA NETWORK sur 4 000 m² sur Labège Enova. Sur des schémas plus classiques de prise à bail, les signatures les plus emblématiques de l’année 2018 ont concerné LATECOERE (autour de 12 000 m²) sur le secteur de la Roseraie et ECA GROUP ou encore ALTEN, tous les deux à Saint-Martin-du-Touch. Les tendances sont contrastées selon la qualité des surfaces considérées : les niveaux d’activité pour les bureaux de première main surperforment tandis qu’au fil des années les volumes transactionnels s’effritent du côté de la seconde main, passés de 89 000 m² placés en 2017 à seulement 82 500 m² en 2018.

Un marché relativement équilibré entre les pôles tertiaires de l’agglomération

Les mouvements d’entreprises se sont répartis assez harmonieusement en 2018 sur les différents pôles tertiaires de l’agglomération. Trois secteurs se démarquent cependant par des volumétries plus importantes, de l’ordre de 38 000 à 40 000 m² : l’Est et le Sud Est, emmenés par quelques grands mouvements d’entreprises de l’aéronautique, mais aussi le Nord-Ouest où la zone de l’aéroport continue de capter une part significative de la demande tant dans le neuf que pour des surfaces de seconde main.

Téléchargez l'étude ci-dessus pour en savoir plus sur l'étude.

Cushman & Wakefield.