Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Commerces T1 2019

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MARKETBEAT France Commerces T1 2019


Demain est un autre jour. Cushman & Wakefield dresse un bilan qui se veut optimiste à l’issue de ce 1er trimestre 2019 pour le marché français de l’immobilier de commerce

- Un retour de la confiance grâce à des fondamentaux économiques résilients.

- Fréquentation et chiffres d’affaires : des performances maitrisées compte tenu du contexte social troublé.

- Un parc commercial qui cherche à se rénover dans un environnement fortement concurrentiel

- Un marché de l’investissement de près de 630 millions d’euros investis, porté au 1er trimestre par des transactions de portefeuilles d’actifs à dominante alimentaire.

Une pointe d’éclaircie

Croissance économique et chiffres d’affaires ont affiché au 1er trimestre des signes de résistance certains face aux remous suscités depuis une vingtaine de semaines par le conflit social dans notre pays. La baisse incontestable de la fréquentation des équipements commerciaux et particulièrement les samedis, a en partie été contrebalancée par une hausse du pouvoir d’achat, limitant ainsi l’ampleur du phénomène sur les performances du commerce de détail (+0.2% au 1er trimestre 2019 selon PROCOS versus -3.3% en 2018). Ces chiffres ont permis d’une part de stimuler la consommation, et d’autre part, de rassurer les marchés par des indices de perspectives qui se veulent encourageants selon l’INSEE.

Le renouvellement du parc devrait être alimenté cette année majoritairement par les retail parks et parcs d’activité périphériques (57%) dont la surface moyenne a tendance à diminuer s’agissant en majorité d’offres complémentaires à des centres commerciaux existants.

Au-delà de la quantité de m² qui attend d’être inaugurée d’ici la fin de l’année, l’accent est mis sur les projets d’extension et de restructuration de sites existants, représentant 70% des projets de centres commerciaux et 20% des retail parks et parcs périphériques à venir (vs 40% et 10% respectivement en 2018). Les centres commerciaux régionaux historiques n’échappent pas à cette vague de rajeunissement : après « Vélizy 2 » au 1er trimestre, ce sera au tour de « Cap 3000 », « Italie 2 » et « Parly 2 » de consolider leur offre en laissant plus de place aux boutiques, aux loisirs et à la restauration.

« Le food & beverage constitue un socle incontournable de l’offre et du fonctionnement des centres commerciaux d’aujourd’hui, un véritable basique du mix-merchandising d’un centre commercial. Ce secteur peut aussi devenir une destination à part entière comme la Gare du Sud à Nice, dont le projet de réhabilitation en cours va voir s’ouvrir sur 3 000 m² un lieu de vie, une halle gourmande accompagnée d’activités complémentaires et originales.» ajoute Christian Dubois, Head of Retail Services France.  

Contre vents et marées

Avec un volume transacté au 1er trimestre de 630 millions, l’activité du marché de l’investissement a enregistré un recul de 13% par rapport au 1er trimestre 2018. Le commerce occupe cependant une position honorable au sein du marché global de l’immobilier d’entreprise banalisé avec une part de marché en hausse au 1er trimestre à 17% (14% en 2018). Principalement animé par les opérations de désinvestissement entamées en 2018 par le groupe Casino avec la cession d’hypermarchés et de supermarchés, le marché des actifs commerciaux tourne au ralenti sur les autres typologies d’actifs.

Moral des ménages, climat du commerce de détail, perspectives générales d’activités, sont autant d’indicateurs annonçant une potentielle reprise de l’activité qui, tous l’espèrent, se traduiront dans les chiffres d’affaires des commerces. « Nous comptons sur la poursuite de cette tendance et le maintien de ces indicateurs au beau fixe pour susciter à nouveau l’intérêt des investisseurs historiques sur toutes les typologies d’actifs commerciaux. Ces investisseurs ont besoin d’être rassurés par des fondamentaux solides afin de consolider leur position sur un marché qui offre des perspectives de rentabilité intéressantes. » ajoute Vanessa Zouzowsky, Head of Capital Market Retail.

L’année ne fait que commencer, et les espoirs d’une éclaircie du marché sont donc parfaitement autorisés…

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à télécharger l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield