Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Commerces T4 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MARKETBEAT France Commerces T4 2018


Tous ne sont pas logés à la même enseigne

Qu’importent les perturbations du moment, certains  secteurs d’activité commerciale semblent très bien se porter. Le sport, via entre autres, les enseignes emblématiques NIKE et ADIDAS continue sa percée sur le marché français en investissant sur des emplacements prime (Champs-Elysées, Haussmann, Marais, Les 4 Temps, etc.). Les enseignes mono-marques spécialisées en bijoux (LOVISA, L’ESPRIT PARISIEN), en beauté/cosmétique et bien être (GRANADO, RITUALS, NYX) poursuivent le rythme de leurs ouvertures, à l’instar des enseignes de nouvelle technologie (XIAOMI sur les Champs-Elysées, HUAWEI à Opéra, etc.). Parfois lassés par une offre traditionnelle qui peine à se renouveler, les consommateurs plébiscitent généreusement les concepts nouveaux et différenciants.

Le textile, une matière délicate

Toujours en difficulté, le secteur du textile n’a pas eu le temps de s’adapter aux aléas météorologiques, que l’effet « gilets jaunes » vient à nouveau perturber la progression des ventes. Les commerçants de la Fédération Nationale de l’Habillement (FNH) ont constaté une baisse de 20% en un an de leur chiffre d’affaires sur les 6 semaines précédant Noël. Tous les formats semblent affectés par les effets de cette crise d’identité. Les grandes enseignes internationales comme ZARA ou H&M réorganisent leur réseau en arbitrant les emplacements en difficulté pour se concentrer sur les flagships les plus rentables pour une sélection de leurs enseignes. Moins de magasins mais des points de vente plus spacieux, avec la volonté de se différencier de l’offre traditionnelle et de répondre à l’évolution du secteur avec un modèle qui satisfait la demande d’une consommation « responsable ».

Des opportunités du côté du jouet

Depuis plusieurs mois, le secteur du jouet montre des signes de ralentissement (-2% au 1er semestre 2018 selon la FJP*), et pas seulement en France mais aussi à l’échelle internationale. La mise sur le marché de l’enseigne LA GRANDE RÉCRÉ en France s’est fait l’écho des difficultés rencontrées par TOYS’R’US avec la mise en liquidation judiciaire de l’enseigne aux Etats-Unis. En France, le marché s’est réorganisé à la faveur des réseaux du commerce associé (JOUÉCLUB, KING JOUET) et de partenariats spécifiques : reprise de 44 magasins Toys en France par l’association JELLEJ JOUETS/PICWIC, refinancement partiel de LA GRANDE RÉCRÉ par FIB… Les ventes en ligne soutiennent également le secteur grâce à la présence et au dynamisme des sites marchands des enseignes.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à télécharger l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield