Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat Investissement France Bureaux 20M T4 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat Investissement France Bureaux 20M T4 2018. L'année qui valait 2 milliards

Investissement France : Caliente !

Les méga transactions – c’est-à-dire celles d’un montant supérieur à 200 millions d’euros – ont, sur l’ensemble de l’année 2018, dynamisé le volume total investi en immobilier d’entreprise : 31,3 milliards d’euros (+12% d’une année sur l’autre). La hausse des montants transactés provient essentiellement du segment des bureaux, passés de 19,8 milliards d’euros en 2017 à 22,9 milliards en 2018 (+15% d’une année sur l’autre). L’environnement économique et locatif a ces dernières années été particulièrement propice aux actifs tertiaires. Décrue lente mais constante du chômage, niveaux historiquement faibles de l’offre immédiate disponible en Ile-de-France (taux de vacance de 5,3%), pressions haussières sur les loyers dans les marchés sous-offreurs ou déploiement d’infrastructures et développement urbains sont autant d’indicateurs favorisant les investissements tertiaires dont la part a augmenté crescendo de 66% (2014) à 73% (2018).

Bureaux <20M€ : 8,7% du volume investi

Après un 3ème et 4ème trimestre à plus de 500 millions d’euros chacun, le volume total investi en bureaux de moins de 20 millions d’euros, s’établit en fin d’année à 2 milliards d’euros, un record sur 10 ans. En actant une hausse de 15% d’une année sur l’autre, les petits volumes ont ainsi suivi la tendance générale du marché. Relativement stable depuis 2014, la part des transactions d’un montant unitaire inférieur à 20 millions d’euros se stabilise donc à 8,7%. En concentrant à elles seules près de deux-tiers des montants engagés pour plus de 90 opérations, le compartiment des transactions de 10 à 20 millions d’euros a rythmé l’année 2018 au détriment de celui des cessions de moins de 5 millions d’euros. Mécaniquement, le nombre d’acquisitions sur ce segment s’est ainsi contracté de 8% en un an (230 en 2018 versus 250 en 2017).

Téléchargez l'étude complète ci-dessus pour en savoir plus.

Cushman & Wakefield