Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF Bureaux T1 2019

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

Marketbeat IDF - Paris Bureaux T1 2019


Demande placée : Comment faire plus avec moins ?

Avec un peu plus de 211 000 m² de bureaux commercialisés au 1er trimestre 2019, le marché parisien affiche son score, certes, le plus faible depuis 3 ans; mais en ligne avec la moyenne décennale. Il faut dire que le stock immédiat est toujours calé sur des plus bas historiques, contraignant ainsi les volumes de transactions. Le ralentissement du marché tertiaire est d’ailleurs plus marqué sur les arrondissements du Sud (-23% en un an) et du Nord-Est (-45%) alors que Paris QCA résiste nettement mieux et fait d’ailleurs jeu quasi-égal (-4%) d’une année sur l’autre.

Dans le détail, les petits et grands gabarits de surfaces de bureaux sont en repli d’une année sur l’autre sur le marché parisien; dans le même temps, les surfaces de taille intermédiaire (de 1 000 à 5 000 m²) affichent une croissance de 15% en un an portée par d’excellents résultats relevés sur les arrondissements du Sud. Notons à nouveau l’impact des coworkers et de l’économie digitale, principaux acteurs du marché sur le segment des grandes surfaces.

Taux de vacance : toujours au plus bas à Paris

Le taux de vacance moyen de bureaux à Paris se positionne, à la fin du 1er trimestre 2019, à 2,2%, son plus bas niveau depuis dix ans. Le QCA affiche même des taux encore plus faibles, 1,5% en moyenne sur le secteur et inférieurs à 1% sur certains arrondissements. L’offre est légèrement plus fournie à Paris Sud et Nord-Est, sans pour autant pouvoir assurer une fluidité au marché.

Valeurs locatives : hausse à prévoir

La persistance d’un stock de bureaux à des niveaux historiquement faibles, alors que les volumes de commercialisation restent importants, continue de tirer les valeurs locatives à la hausse : +6% en un an pour les surfaces de première main (570 €/m²/an en moyenne) et +12% pour la seconde main (470 €/m²/an en moyenne). Sur le front de l’offre de classe A et des immeubles neufs ou restructurés, les loyers de transactions s’élèvent à 720 €/m²/an en moyenne dans le QCA, de 490 à 640 €/m²/an pour les arrondissements du Sud, et entre 380 et 600 €/m²/an dans le Nord-Est.


Téléchargez l'étude ci-dessus pour en savoir plus sur l'étude.

Cushman & Wakefield.