Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF Grandes Transactions Bureaux Bilan 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat IDF Grandes Transactions de Bureaux Bilan 2018 - Léger ralentissement...dans les hauteurs


Demande placée : bon cru 2018 malgré un léger ralentissement

Le volume des commercialisations de bureaux de plus de 5 000 m² en Ile-de-France a atteint 982 400 m² traités au cumul de l’année 2018, soit près de 40% de la demande placée totale sur ce secteur toutes tranches de surfaces confondues. Ce résultat, en recul par rapport à l’année précédente (-13% en un an), est à nuancer car à comparer au record absolu enregistré sur dix ans; il reste en réalité quasi-identique à sa moyenne décennale en termes de surfaces placées. Le nombre de signatures (81 en 2018) est, quant à lui, bien supérieur au niveau décennal (67 en moyenne) et le deuxième plus haut en dix ans derrière les 87 transactions enregistrées en 2017. Ce nombre confirme une excellente tenue du marché pour la deuxième année consécutive tout en actant un léger ralentissement du rythme des commercialisations.

Les cinq transactions les plus significatives se sont portées sur des localisations en proche périphérie de la capitale, plus à même d’accueillir de très grandes surfaces de bureaux. Ces signatures, en majorité actées au 1er semestre, ont toutes été réalisées dans le Croissant Ouest et sur des mouvements de regroupements, avec le positionnement de VINCI (62 650 m²), TECHNIP FMC (48 460 m²) et DANONE (25 100 m²) en Péri-Défense, de NESTLE (46 750 m²) en Boucle Sud et WPP (27 900 m²) à Levallois-Perret.

Recul inégal selon les segments de surfaces

Le recul du volume placé d’une année sur l’autre se retrouve sur tous les segments de surfaces mais à des intensités différentes :

Il est très léger sur les surfaces de moins de 25 000 m² (-3% en un an) avec des volumes qui demeurent supérieurs à la moyenne décennale. Les segments de 5 000 à 10 000 m² et de 10 000 à 25 000 m² demeurent les plus plébiscités et les plus nombreux et tirent la croissance du marché en Ile-de-France : leur poids total représente près de 80% de la demande placée des grandes transactions, soit 771 500 m² traités en 2018.

A contrario, le recul est plus prononcé sur les segments des surfaces supérieures à 25 000 m² (-38% en un an); il est imputable à une baisse du nombre de signatures sur les segments de 25 000 à 50 000 m² (4 signatures en 2018 contre 6 en 2017) et supérieur à 50 000 m² (1 deal en 2018 contre 2 en 2017). Le retour des méga-deals depuis deux ans marque toutefois une appétence de certains très grands groupes pour les immeubles XXL.

Téléchargez l'étude complète afin d'avoir plus de renseignements.

Cushman & Wakefield