Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF La Défense T1 2019

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat Bureaux La Défense T1 2019 - A la croisée des chemins !


Démarrage sans relief

Le trou d’air traversé par le marché des bureaux de La Défense fin 2018 (à peine 16 000 m² placés) s’est prolongé et seulement 20 000 m² de bureaux ont été commercialisés au 1er trimestre 2019. Ce volume d’activité, en déca de sa moyenne décennale (33 000 m²), marque un repli de 26% en comparaison d’un 1er trimestre 2018 déjà modeste. Sur ce marché capable d’alterner accélérations et replis au rythme des grands mouvements d’utilisateurs, la dynamique transactionnelle des 6 derniers mois dénote une cyclicité… aujourd’hui nettement baissière.

Peu d’appuis tangibles

Le manque de transactions d’envergure a évidemment pesé sur la performance du quartier d’affaires, avec une seule signature de ce type au 1er trimestre, FM GLOBAL dans « Cœur Défense » (5 008 m²). Du côté des bureaux de taille intermédiaire, la correction est d’autant plus brutale (-37% en un an) que le 1er trimestre 2018 avait été dynamique sur ce segment (20 900 m²). A titre de nuance, les 13 100 m² de bureaux commercialisés sur ce créneau n’ont pas « démesurément » décroché de leur ligne de flottaison : ces relais de croissance pour La Défense totalisent en effet 15 500 m² en moyenne chaque trimestre depuis leur réveil en 2013. Parmi les 6 transactions intervenues sur ce créneau, 3 excèdent d’ailleurs les 2 500 m² (BUSINESS & DECISION, SDEL INFI, PHILIP MORRIS). A contre-temps de la vocation naturelle du quartier d’affaires, seules les surfaces de moins de 1 000 m² ont finalement tiré leur épingle du jeu (+9%).

Valeurs locatives : équilibre instable

Le loyer moyen de transactions des bureaux de première main s’établit en moyenne à 460 €/m²/an au 1er trimestre 2019, en léger recul (-2%) depuis 2018. Les valeurs locatives de seconde main, positionnées à 450 €/m²/an, progressent, quant à elles, nettement (+12%). Le faible écart entre loyers de première et de seconde main illustre le moment particulier dans lequel se situe La Défense, à la croisée des chemins. Face à une offre immédiate au plancher, et dans l’attente des livraisons de 2019-2020, des propriétaires avisés ont, depuis 2 ans, relevé les loyers de leurs bureaux de seconde main les plus qualitatifs, produisant cet effet haussier. L’arrivée massive de bureaux neufs présentés à 500 €/m²/an et plus va recalibrer l’échelle des valeurs à La Défense : la première main devrait donc voir ses loyers progresser avec sans doute un accompagnement significatif. Face à cette nouvelle concurrence, les bureaux de seconde main devraient s’ajuster à la baisse.

Plus d'information en téléchargeant l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield France