Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF La Défense T4 2018

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat Bureaux La Défense T4 2018 - Lancement différé !

Demande placée : deux pas en avant…deux pas en arrière

Le marché des bureaux de La Défense termine l’année au ralenti, avec à peine 15 000 m² commercialisés au 4ème trimestre, pour un volume cumulé de 135 300 m² en 2018. La prise de vitesse observée d’avril à septembre s’est vue stoppée nette en fin d’année, avec 3 derniers mois parmi les plus atones de la décennie. Très en-deçà de sa moyenne décennale (180 000 m²), ce niveau d’activité traduit la cyclicité d’un marché sensible aux grands mouvements d’utilisateurs qui restent loin du potentiel et des ambitions de La Défense.

Perte de portance

Ce fut moins le manque de transactions d’envergure que leur taille plus réduite qui a fait défaut au quartier d’affaires : sur les 7 signatures de plus de 5 000 m² intervenues en 2018 (contre 6 en 2017), une seule dépasse 10 000 m² (DALKIA dans la Tour « Europe »). En outre, le relais d’activité offert jusqu’à présent par les surfaces de taille intermédiaire n’a pas suffi à combler le trou d’air des grandes transactions. Sur ce créneau de 1 000 à 5 000 m², le repli de -22% en un an mérite pourtant d’être nuancé au regard d’une année 2017 record. Le volume de commercialisation sur ce créneau est d’ailleurs resté en 2018 très supérieur à sa moyenne décennale (49 000 m²). Il n’y a guère que les transactions de moins de 1 000 m² pour égaler leur temps de passage 2018. Ces gabarits, certes minoritaires en volume sur ce marché davantage dimensionné du XL au XXXL, n’en restent pas moins en progression depuis 5 années consécutives.

Valeurs locatives : à contre-temps

Le loyer moyen de transaction des surfaces de première main s’établit en moyenne à 480 €/m²/an en 2018 (+7% en un an). Cette valeur correspond à des signatures intervenues sur des surfaces restructurées, dans un contexte d’étroitesse de l’offre et à l’aube de livraisons d’immeubles hautement qualitatifs. Autant d’éléments convergeant vers le franchissement de la barre des 500 €/m²/an à court terme. Cette évolution reste évidemment conditionnée à une commercialisation réussie dans un contexte de concurrence avec la centralité parisienne mais aussi avec la Péri-Défense et ses loyers plus accessibles Le loyer moyen de seconde main (420 €/m²/an) progresse, quant à lui, modérément d’une année sur l’autre (+2%). Face à une offre immédiate au plus bas et dans l’attente des livraisons de 2019, certains propriétaires avisés ont saisi l’occasion de relever les loyers de leurs bureaux les plus qualitatifs.

Plus d'information en téléchargeant l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield France