Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Les risques de biens immobiliers augmentent dans les marchés émergents

Cliquez pour agrandir

Cushman & Wakefield publie la deuxième édition d'une étude sur l’évaluation des risques et des opportunités des marchés émergents.

Cette étude évalue 4 principaux facteurs de risque, l’accès et la transparence des informations, le contexte géopolitique, la corruption et la sécurité, et classe 42 pays à l’aide d’un indice pondéré permettant de déterminer les marches qui offrent aux entreprises les meilleures opportunités de développement immobiliers.
Les entreprises internationales privilégient les marches qui bénéficient d’une forte croissance démographique, d’une main-d'œuvre de qualité et d’un gouvernement transparent.

L’Afrique et le Moyen-Orient sont les marchés qui présentent les risques les plus faibles, avec huit pays référencés dans le top 10 des marches les plus transparents. L’Afrique du Sud est reconnue pour ses marchés immobiliers développés. En Amérique Latine, le Pérou (8ème), le Mexique (15ème) et l'Uruguay (18ème) sont les 3 pays a privilégier. Le Mexique est bien positionné sur le critère de la transparence mais présente un manque de stabilité politique. En Asie-Pacifique, l’Indonésie (5ème) est le marché le plus transparent (la Thaïlande et les Philippines arrivent respectivement a la 11ème et 14ème places).