Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Une fin d’année en fanfare pour le marché de l’investissement en immobilier de commerces

• Les montants investis en commerces dans la zone EMEA totalisent 11 milliards € au 3è trimestre 2014, contre 8,6 milliards € au 3è trimestre 2013.
• La demande des investisseurs est en forte progression et les volumes sont à leur plus haut niveau depuis 6 ans : 52 milliards € ont été investis en immobilier de commerces entre octobre 2013 et octobre 2014.
• Néanmoins, au cours du 3è trimestre 2014, les bureaux et les locaux industriels ont affiché de meilleurs résultats : la part de marché des commerces s’est réduite à 22 %, par rapport à 29 % au 2è trimestre.
• L'Allemagne a repris la place de numéro 2 à la France ce trimestre, tandis que le Royaume-Uni assoit son statut de plus grand marché européen et totalise 47 % du volume total investi en commerces en Europe EMEA.
• L'Irlande a connu la plus forte hausse des montants engagés (+447% en année glissante), tandis que le marché espagnol connait actuellement un vif succès, dépassant même le volume enregistré en France au cours du seul 3è trimestre.
• Toutefois, la France conforte sa 3è place sur l’échiquier européen avec 4,9 milliards d’euros investis sur les neufs premiers mois de l’année, derrière l’Allemagne (6,5 milliards) et le Royaume-Uni (11,9 milliards).
• L’offre a été plus abondante ces derniers mois mais l’activité reste toutefois pénalisée par le nombre limité d’actifs prime mis sur le marché.
• La vive concurrence entre investisseurs a en outre contribué à la hausse des prix.
• Le marché des commerces va terminer l’année en fanfare : les volumes investis en immobilier de commerces devraient augmenter de 26 % sur un an et dépasser ainsi les 52 milliards € sur l’ensemble de 2014.