Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Marché de l’investissement en France en 2015 - 2ème meilleure année de l’histoire

« Le 4ème trimestre de l’année 2015 restera dans les annales avec un volume record de plus de 10 milliards d’euros investis ... » analyse le département Recherche de Cushman & Wakefield dans sa dernière note de conjoncture « Marché de l’investissement en France - 2015 ». Le conseil identifie 10 tendances clés et pronostique un volume d’investissement de 25 à 27 milliards d’euros en 2016 en immobilier banalisé (bureaux, commerces, entrepôts et locaux d’activité).

Les 10 tendances clés du marché de l’investissement selon Cushman & Wakefield

  1. Turbulences boursières et diversification des sources de financement continuent d’être favorables au compartiment d’immobilier d’entreprise
  2. Allocation immobilière en hausse (Assurances, fonds d’investissement, OPCI/SCPI….)
  3. Le Core/Core + reste le produit d’investissement préféré
  4. Le Value added gagne cependant du terrain (volume multiplié par 2 en 2015)
  5. Les VEFA vont accélérer en Ile-de-France et arrivent en régions (Lyon, Toulouse, Marseille….)
  6. Retour des très grandes transactions, d’un montant supérieur à 200 millions d’euros (4,4 milliards d’euros d’opportunité actuellement sur le marché)
  7. Les petits volumes retrouvent de la liquidité et des volumes d’investissement plus importants
  8. Les investisseurs étrangers augmentent leur exposition au marché français
  9. La compression des taux prime va continuer, de l’ordre de 25-50 points de base selon les types d’actifs considérés en 2016
  10. Un manque d’opportunités qui limite le volume d’investissement
  11. Une anticipation du volume 2016 : 25 milliards d’euros minimum / 27 milliards d’euros en hypothèse haute.

Le conseil termine son analyse sur la conjonction de facteurs favorables pour les vendeurs : taux bas, forte demande des acquéreurs en mal d’opportunités, valeurs vénales historiquement hautes, coût financement bas etc. C’est là une fenêtre ouverte pour arbitrer des actifs immobiliers de moindre qualité, notamment via des cessions en portefeuille.