Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Marché des entrepôts en France – 1er semestre 2016

La demande placée en entrepôts logistiques* a poursuivi sa bonne lancée avec 1,4 million de m² commercialisés au 1er semestre 2016. Ce volume d’activité en hausse de 12% d’une année sur l’autre, dépasse son rythme semestriel de croisière (1,2 million de m²), relève Cushman & Wakefield dans sa dernière étude sur le marché des entrepôts logistiques de plus de 10 000 m² en France.

« La principale nouveauté, qui reste à confirmer au cours de l’exercice, réside dans le déplacement transactionnel hors de la dorsale Nord-Sud, avec plusieurs opérations clé-en-mains et en comptes-propres comme ITM LOGISTIQUE ALIMENTAIRE en Bretagne (52 000 m² et 67 000 m²) ou encore OCP REPARTITION dans le centre », souligne Franck Lot, Head of Industrial & Logistics France chez Cushman & Wakefield. 

La recomposition des chaines d’approvisionnement de la grande distribution et de la distribution spécialisée sur les 6 premiers mois de l’année, s’est principalement déroulée hors de la dorsale pour 60% des volumes traités. Les 700 000 m² d’entrepôts commercialisés au 1er semestre sur cet axe Nord-Sud affichent ainsi un repli de 23% d’une année sur l’autre, pour un nombre identique d’opérations et des transactions dans le parc existant nettement plus importantes (+10% en volume).
Cette géographie inédite de l’activité transactionnelle fait écho à l’offre neuve contrainte sur l’ensemble du territoire, en particulier sur le marché francilien et lyonnais. A l’échelle nationale, les disponibilités immédiates d’entrepôts, qui s’élèvent à 2,8 millions de m² (-2% en 6 mois) contrastent fortement entre la dorsale Nord-Sud (-6%) et le reste du territoire (+8%). Il en résulte une tension maintenue pour les loyers des plates-formes les plus qualitatives, stables néanmoins à 55 €/m²/an en Île-de-France, et s’échelonnant de 41 €/m²/an (Marseille) à 45 €/m²/an (Lyon).

L’exercice 2015 - hors norme - n’a pas épuisé le potentiel de l’investissement en immobilier logistique, et les 512 millions d’euros investis depuis 6 mois correspondent à l’un des meilleurs semestres de la décennie. « Les portefeuilles d’actifs logistiques restent, comme l’an passé, une cible de choix des fonds d’investissement pan-européens et internationaux, attirés par les rendements délivrés par cette classe d’actifs » ajoute Magali Marton, directrice des Etudes de Cushman & Wakefield « Après la spectaculaire compression des taux de rendement prime des actifs logistiques observée en 2015, ceux-ci sont pour l’heure restés stables (5,75% en Ile-de-France) mais leur baisse devrait reprendre d’ici la fin de l’année ».