Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Les commerces de luxe en France: un marché plutôt résilient

Paris, 19 avril 2017 - Fortement dépendant des indicateurs de richesse et du tourisme, le secteur du commerce de luxe n'a pas échappé aux soubresauts de la conjoncture économique et géopolitique mondiale, selon la dernière étude publiée ce jour par Cushman & Wakefield

  • En France, une industrie touristique qui reprend de la vigueur en fin d'année après un fort ralentissement au 2ème et 3ème trimestres
  • Un rythme d'ouvertures globalement stable avec 57 ouvertures (61 en 2015), dont plus de la moitié concernent des créations ou des premières implantations
  • Un net ralentissement des signatures de l'ordre de 40%
  • Paris conserve son attractivité : la capitale représente plus des ¾ des opérations recensées
  • La mode reste le segment le plus dynamique en termes d'ouvertures

 

Une image de la France temporairement altérée

Paris a enregistré une baisse significative de sa fréquentation touristique avec un recul de 12% des arrivées internationales en 2016. Cibles privilégiées des commerces de luxe, les touristes japonais, russes et chinois ont boudé la capitale au cours des 2ème et 3ème trimestres avec parfois plus de 30% d'arrivées en moins sur Paris. L'impact sur les points de vente parisiens a ainsi été important, compte tenu du poids majoritaire du poste « shopping » dans leur budget séjour. Les chiffres de la toute fin d'année s'annoncent toutefois rassurants, laissant à penser que ce ralentissement aura été de courte de durée.

 

Maintien des ouvertures:

L'analyse des ouvertures de commerces de luxe confirme que l'année 2016 a maintenu un bon rythme d'activité. Avec 57 ouvertures, dont plus de 80% à Paris, l'industrie du luxe confirme son appétit pour les artères majeures de la capitale. La rue Saint-Honoré détient clairement la palme avec plus du quart des ouvertures recensées sur la capitale.

« On assiste à une mutation spectaculaire de cette artère qui a connu en peu de temps une forte montée en gamme pour devenir un lieu incontournable des marques internationales. Les créations et les nouvelles enseignes y représentent plus de 60% des opérations. Cette métamorphose est d'autant plus surprenante que Paris est un marché mature », ajoute Vincent Ascher, Directeur du pôle Luxe chez Cushman & Wakefield.

L'effet d'adresse demeure un critère majeur dans les choix d'implantation des enseignes de luxe : en témoigne le maintien de l'attractivité de l'avenue Montaigne ou de la rue du Faubourg Saint-Honoré comme la consolidation de secteurs plus inédits tels que le Marais, et particulièrement la rue des Archives.

 

Stimulées par une offre somme toute limitée, les valeurs locatives évoluent suivant l'attractivité des artères, en hausse sur les rues très demandées comme la rue Saint-Honoré, et stables sur les artères plus consolidées du marché parisien. Elles atteignent 13.000 €/m² ZA pour les meilleurs emplacements.

 

Recul des engagements :

Sur fond d'incertitude géopolitique, l'industrie du luxe se prépare à faire preuve de résilience au cours des mois à venir. En effet, sans ignorer le net ralentissement des engagements en 2016 avec une incidence non négligeable sur le nombre d'ouvertures à venir, l'heure est à la reprise tel un balancier, les chiffres de la toute fin d'année annonçant un retour de la clientèle vers le commerce de luxe. 

 

Etude complète disponible sur demande