Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Les cafés et restaurants grignotent des parts du marché en commerces et loisirs au Royaume-Uni

  • Près de 3 000 nouveaux commerces « Food & Beverage (F&B) » en projet dans les deux prochaines années générant un chiffre d'affaires potentiel de 1,4 milliard de livres sterling
  • 17% de croissance du marché de la restauration dans les 4 prochaines années qui devrait aisément soutenir les prévisions de la croissance du secteur F&B.
  • Quelques menaces persistent : inflation, taux d'intérêts, pouvoir d'achat et Brexit
  • Le secteur F&B représente 1/5ème de l'offre britannique en nombre de commerces, grâce aux efforts réalisés par les bailleurs pour attirer les clients et les maintenir sur site
  • Les cafés, fast food et restaurants - principalement d'inspiration américaine - se développent au détriment des pubs

 

LONDRES, 19 Mai 2017: Les enseignes du secteur F&B (Food & Beverage) misent sur l'évolution des comportements des consommateurs avec l'ouverture de près de 3 000 nouveaux restaurants et cafés projetées d'ici fin 2018 selon le rapport UK Food & Beverage Market publié par Cushman & Wakefield.

La hausse des ventes sur internet  a entrainé de nombreuses fermetures de magasins de vêtements et de petit électroménager ; elle a aussi amené les propriétaires de centres commerciaux à se concentrer sur l'ouverture de cafés et lieux de restauration. En favorisant l'expérience client, ils visent à encourager l'acte d'achat et augmenter les dépenses.

Cushman & Wakefield a interrogé 95 enseignes du secteur sur leurs projets, révélant un pipe-line de 1 414 ouvertures supplémentaires en 2017, et 1 515 nouvelles ouvertures en 2018. Ces projets d'expansion généreraient une hausse des dépenses en F&B, de 674 à 722 millions de livres pour ces 2 années.

L'étude révèle qu'entre janvier 2014 et janvier 2017, 2 158 boutiques de textile, chaussures et petit électroménager ont disparu alors que l'on a vu arriver 2 998 restaurants et cafés supplémentaires, soit une croissance de 9%. Ainsi le secteur F&B compte pour 1/5ème de l'offre en commerce et loisirs en nombre de points de vente.

Les cafés, fast-foods et stands de restauration ont connu la croissance la plus forte du secteur en passant de 1 035 points de vente à 1 527 en 3 ans. Sur la même période, le nombre de restaurants a augmenté de 897, avec le développement des enseignes américaines comme Red's True Barbeque. L'influence de la cuisine américaine a pris le pas sur les restaurants indiens et chinois qui ont reculé de 205 à 192 unités.
 

Le rapport indique également que le développement du secteur F&B a été dominé par un nombre croissant d'opérateurs (5 unités de vente ou plus). Ces derniers comptent pour 37% des ouvertures en 2014 et 49% en 2016. Cushman & Wakefield estime que cette part de marché devrait continuer à croitre en raison des nombreux projets d'expansion prévus sur le marché britannique.

L'appétence des consommateurs pour l'univers du café a spectaculairement augmenté depuis 2000 avec les enseignes Costa, Starbucks et Caffé Nero qui ont ouvert la voie avec d'ambitieux plans d'expansion sur le territoire.

La croissance du marché de la restauration est évaluée à 3,8% en 2017, bien au-delà des prévisions de dépenses de consommation des ménages, y compris textiles et chaussures, équipement de la maison et alimentation. Le marché de la restauration devrait augmenter de 17% d'ici 2021 et peser plus de 103 milliards de livres sterlings.

Thomas Rose, le responsable du département Loisirs et Restauration de Cushman & Wakefield à Londres affirme : "Le commerce en ligne a connu une forte croissance et généré des changements dans les comportements des consommateurs. Les commerces de F& Beverage, offrant à la clientèle une expérience qui ne peut être vécue sur internet, donnent aux bailleurs la possibilité de maintenir la clientèle dans leurs centres et, de cette façon, d'augmenter le montant des dépenses réalisées. Ils peuvent ainsi augmenter leurs parts de marché au sein du secteur de la restauration en transformant le commerce physique en destination expérimentale où l'on ne se rend pas seulement pour acheter mais aussi pour se divertir et réaliser un acte sociable ».

Darren Yates, le responsable Research Commerces chez Cushman & Wakefield ajoute : « La croissance du marché de la restauration devrait aisément soutenir les prévisions d'ouvertures de magasins. Des menaces demeurent cependant telles que la hausse de l'inflation, une remontée potentielle des taux d'intérêts, l'augmentation du coût de la vie et des mesures plus rigoureuses en droit du travail en lien avec le Brexit.

Le secteur connait également des bouleversements en France où la part de la restauration tend à augmenter depuis une dizaine d'années. Indépendamment du pur concept de « food court », l'offre en restauration a doublé dans les centres commerciaux sur la même période.

« La faible percée des food courts en France rend le modèle encore malléable et son image reste à façonner. Pour réussir, les zones de restauration se positionnent désormais sur un angle plus qualitatif. Le secret de la réussite tient dans le savoureux mélange entre enseignes incontournables et concepts inédits, grands groupes et restaurateurs locaux ou régionaux afin de continuer à surprendre le client » indique Léa Castelli, Consultante Food& Beverage chez Cushman & Wakefield France.

Un constat demeure cependant face à l'essor du commerce numérique : l'expérience client devient le moteur de l'évolution du secteur, bien au-delà des cultures gastronomiques.