Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Cushman & Wakefield monte d'une division en France

Cliquez pour agrandir

Antoine Derville fait le point sur l’évolution de Cushman & Wakefield , près de deux ans après la fusion avec DTZ dans un entretien signé Gaël Thomas, rédacteur en chef Business Immo paru hier 14 juin. 

Ci-dessous l’intégralité du texte de l’interview :

" Près de deux ans après l’annonce de la fusion entre DTZ et Cushman & Wakefield, le groupe joue des coudes dans le quarté de tête des conseils en immobilier d’entreprise en France. Revue des ambitions d’un prédateur qui a pris le nom de sa proie."

Il va falloir s’y habituer. Cushman & Wakefield joue dans la cour des grands. À la faveur de sa fusion avec DTZ, le conseil en immobilier d’entreprise a clairement changé de division en France, s’installant dans le quarté de tête des brokers. « Cette fusion opérée entre deux sociétés en plein développement se traduit par une poursuite de croissance de chiffre d’affaires grâce à un accès quasi systématique à tous les dossiers de commercialisation, tant en locatif qu’en investissement », s’en félicite Antoine Derville, président de Cushman & Wakefield France. Une dynamique qui se retrouve dans les effectifs.

Après 84 recrutements en 2016, plus de 40 nouveaux collaborateurs ont rejoint le conseil depuis le début de l’année dans une organisation commerciale « aujourd’hui achevée », souligne Antoine Derville. 2017 aura vu les derniers ajustements dans le casting du top management, avec les départs d’Olivier Gérard, directeur général après la fusion, et de Marc-Henri Bladier, ancien acolyte d’Antoine Derville chez CBRE, puis DTZ. « Avec plus de 180 collaborateurs au seul département Agence, nous sommes en capacité de développer et de gérer un portefeuille de mandats conséquents pour faire décoller notre volume d’affaires dans les trois prochaines années », insiste son président.

Le deal de l’année :

Dans le bureau bien évidemment, où Cushman & Wakefield fait une percée significative sur le segment des transactions locatives de plus de 5 000 m2. Le conseil a notamment signé le deal de l’année avec l’installation de Natixis sur les 90 000 m2 de bureaux des tours Duo à Paris. « Nous devons maintenant nous renforcer sur le créneau des 0 à 5 000 m2 dans le bureau, construire un pôle dédié à l’activité au côté de celui de la grande logistique, et consolider nos positions sur le commerce où nous avons une expertise unique avec une équipe de 25 collaborateurs dédiée uniquement au conseil à la commercialisation et au développement d’enseignes et qui couvre tous les types d’actifs commerciaux », liste Antoine Derville.

Mêmes ambitions sur le Capital Markets, où plus d’une trentaine de spécialistes traitent la palette complète de l’industrie immobilière, jusqu’au résidentiel, la dernière ligne de métier ouverte par le conseil qui s’appuie, en outre, sur une équipe paneuropéenne dirigée par un français, Paul Boursican. « Nous avons ainsi plus de 5 Mds€ d’actifs en cours de commercialisation, dont un mandat exclusif sur un portefeuille de bureaux de plus de 1,5 Md€ », informe Antoine Derville.

Acteur global des services immobiliers, Cushman & Wakefield se déploie depuis le conseil aux entreprises jusqu’au property management, en passant par le facility et le project management. Il conserve sa position de leader national sur l’expertise avec pas moins de 17 000 expertises par an.

« Nous avons clairement des ambitions de croissance, organique comme externe, qui devrait se traduire par une progression de 10 à 15 % de notre chiffre d’affaires en 2017 après une année 2016 d’intenses efforts pour harmoniser et développer notre infrastructure technologique et nos outils commerciaux. Mais au-delà de la taille et du classement de Cushman & Wakefield en France, nous nous concentrons avant tout sur la transformation de nos métiers de conseil dans une industrie de plus en plus sophistiquée, où le numérique vient rebattre de nombreuses cartes », déroule Antoine Derville.

Avec 430 collaborateurs (530 si l’on rajoute les franchisés), le nouveau géant mondial des services immobiliers a fait de la France l’un de ses terrains de jeu privilégiés. »

Article rédigé par Gaël Thomas, plus d'informations sur notre site internet Cushman & Wakefield.fr