Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

European Lending - Regain de confiance chez les prêteurs immobiliers européens


  • Près de la moitié des répondants prévoient une hausse du nombre de nouveaux prêts dans les six prochains mois.
  • Les prêteurs se font concurrence pour les actifs « prime » et les activités à fort rendement, le financement de la promotion restant peu porteur.
  • Si la récente tendance à la baisse des ratios de loan-to-value (LTV) s’inverse, les marges moyennes augmentent


Paris, 12 juin 2017 – Selon Cushman & Wakefield, près de la moitié des organismes de crédit européens spécialisés dans l’immobilier d’entreprise prévoient une augmentation du nombre de nouveaux prêts au cours des six prochains mois, la concurrence restant vive pour les bâtiments « prime » sur les marchés les plus matures du continent.


Réalisée auprès de grands organismes de financement immobilier en Europe – banques, fonds et compagnies d’assurance – la cinquième enquête Cushman & Wakefield s’intéresse aux activités de crédit sur le segment de l’immobilier d’entreprise, et révèle les dernières tendances. Les personnes interrogées ont fait part de leurs points de vue sur l’activité récente, et les évolutions attendues au cours des six prochains mois.

Près de la moitié d’entre eux (47 %) anticipent une hausse du nombre de nouveaux prêts, 36 % prévoyant un maintien des niveaux d’activité actuels. Seuls 17 % s’attendent à une baisse du nombre de prêts octroyés. Ce tableau positif montre un regain de confiance par rapport aux résultats de l’enquête réalisée fin 2016.

Il ressort également que l’activité des prêteurs est toujours principalement concentrée sur les trois grands marchés que sont le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France. Si, pour les prêteurs, le Royaume-Uni conserve sa position de leader en termes d’activité, sa domination s’est atténuée depuis le vote en faveur du Brexit, avec une baisse de sa part de marché passée de 25% début 2016 à 21% aujourd’hui.

La part de l’Allemagne a, quant à elle, progressé pour atteindre 17 %, des hausses d’activité significatives étant également relevées au Benelux et en Scandinavie.

La dette senior conserve la préférence de la plupart des prêteurs, bien que son poids ait diminué au cours des 12 derniers mois. Cette évolution a entraîné l’essor de montages alternatifs, dont la dette stretch senior ou les prêts-mezzanine, 20 % des répondants privilégiant la première option (contre 10 % il y a un an).


James Spencer-Jones, Head of EMEA Structured Finance chez Cushman & Wakefield, explique : « Depuis le début de l’année, on observe une pression à la baisse sur les marges liée à la forte concurrence entre prêteurs pour les actifs « prime » des grands marchés. Le tableau d’ensemble montre toutefois que les prêteurs font preuve d’une certaine prudence. Cela vaut particulièrement pour le financement des actifs dits secondaires pour lesquels ils se montrent plus sélectifs, et accordent une grande importance à l’amortissement et à la valeur de sortie.

En dehors des marchés du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la France, l’activité s’est nettement réorientée vers les pays nordiques grâce à leurs bons fondamentaux et, notamment, une gouvernance stable et une fiscalité transparente, ainsi qu’aux importantes liquidités des investisseurs. »


L’enquête fait apparaître que le ratio LTV moyen de l’ensemble des biens a progressé sur la plupart des marchés, se rapprochant des niveaux relevés début 2016. 

Nigel Almond, Head of EMEA Capital Markets Research chez Cushman & Wakefield, précise : « Sur la plupart des marchés, les ratios LTV sont inférieurs de 1 à 2 % de leur niveau un an plus tôt et restent historiquement bas, autour de 60 % dans la plupart des villes européennes. La pression réglementaire continue à freiner l’activité du financement sans aucun signe d’un appétit pour le risque comparable à celui observé il y a 10 ans. La priorité est actuellement accordée aux actifs « prime » au détriment des biens de qualité inférieure, et aux opérations de développement sur les marchés secondaires ; elle témoigne de la prudence qui règne sur le secteur »


Cushman & Wakefield