Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Cushman & Wakefield analyse le marché francais de l'immobilier de commerces

Une éclaircie à travers les nuages…


1er semestre 2017 : Cushman & Wakefield analyse le marché français de l’immobilier de commerces

Paris, 25 juillet 2017 – Les résultats des élections présidentielles et législatives de ce 2ème trimestre ont donné le ton de l’évolution de la situation économique du pays et annoncé les tendances pour les mois à venir, à savoir une reprise qui semble s’établir dans la durée. Dans ce contexte plus porteur, Cushman & Wakefield dresse le bilan du marché des commerces au terme du 1er semestre 2017.

A retenir :

- Une reprise économique durable basée sur des fondamentaux robustes
- La dynamique repart côté enseignes, avec des performances plus mitigées pour l’équipement de la maison
- Des valeurs locatives qui pourraient s’orienter à la baisse notamment sur le créneau des moyennes surfaces.
- Un regain substantiel des ouvertures de centres commerciaux et de retail parks, concentrées sur la fin de l’année
- Un marché de l’investissement moins tonique que prévu avec seulement 1,1 milliard d’euros au 1er semestre.

Le pire semble évité

Après la période chaotique préélectorale, la machine a redémarré et les prévisions - à l’échelle du pays comme au niveau européen - s’annoncent optimistes pour les mois à venir. A l’inverse des trimestres précédents, les résultats du 1er trimestre ont dépassé de 10 points les prévisions INSEE de croissance du PIB pour s’établir à 0.4%. Les prévisions du 2ème semestre tablent sur 0.5%, ce qui permettrait de conforter la relance tant attendue. L’emploi jusqu’ici un peu à la traîne, devrait suivre le mouvement, stimulé par le regain d’activité.

Frémissements du côté des enseignes

En équipement de la personne, l’horizon se précise pour les nombreuses enseignes en difficulté. L’heure est au redémarrage pour les plus chanceuses, encouragé par de nouvelles énergies et un rebond de la consommation. Les chiffres renouent avec la croissance à l’exception du secteur de l’équipement de la maison qui affiche une baisse de son chiffre d’affaires depuis le début d’année. Soulignons dans ce cas qu’il s’agit d’un secteur en pleine mutation avec les perspectives suivantes : création de nouveaux formats et de nouvelles enseignes, rachats qui constituent autant d’indices annonciateurs d’espoir.

Un regain substantiel d’ouvertures attendues au 2nd semestre

Au 1er semestre 2017, plus de 150 000 m² ont été inaugurés dans l’hexagone dont 65% portaient sur des créations de nouvelles surfaces. Concernant le pipe-line de l’année, environ 65% des livraisons prévues devraient concerner le format des retail parks (900 000 m² pour l’année 2017 dans son ensemble). Les « Villages de Marques » renouent en 2017 avec le marché, et l’ouverture prochaine de centres d’envergure comme McArthur Glen à Miramas au 1er semestre, ou encore le Normandy Outlet à Honfleur dans quelques mois sur 12 000 m². Les valeurs locatives pour les boutiques devraient rester stables sur les meilleurs emplacements. On pourrait en revanche assister à court terme à une orientation à la baisse des moyennes surfaces. Christian Dubois, Head of Retail Services France constate par ailleurs « une augmentation significative du stock des surfaces entre 600 et 3 000 m². Une situation qui, si elle se confirme, devrait également contribuer à faire pression sur les valeurs locatives ».

Le marché de l’investissement peine à s’affirmer

Avec un peu plus de 590 millions d’euros d’actifs commerciaux transactés au 2ème trimestre, le rattrapage attendu après un piètre 1er trimestre n’a finalement pas eu lieu même si la part du commerce dans le marché de l’immobilier banalisé est passée de 10% au 1er trimestre à 12% au 2ème trimestre. Avec une grande majorité de petits volumes, les actifs de pied d’immeuble dominent toujours le marché soit 50% des montants transactés. Les espoirs se tournent désormais vers le 2nd semestre. « Il est probable que 2017 marque une rupture avec l’élan des trois années précédentes, précise Magali Marton, directrice des Etudes. Même si le contexte économique est maintenant favorable les investisseurs privilégient toujours les actifs sécurisés et bien positionnés, mais les opportunités sont rares sur le segment des commerces, surtout en ce qui concerne les centres commerciaux, d’où une année 2017 moins dynamique ». Reste que les indicateurs, désormais au vert, devraient consolider les bases d’une reprise durable pour l’économie et relancer la consommation, moteur de l’activité des commerces.

Plus d'information sur l'étude : http://www.cushmanwakefield.fr/fr/research-and-insight/2017/marketbeat-france-commerces-t2-2017/