Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Grandes transactions de bureaux en Ile-de-France : Duo mène la danse

Grandes transactions de bureaux en Ile-de-France : Duo mène la danse

Paris, 3 Octobre 2017 – Les commercialisations de grandes surfaces de bureaux ont atteint 424 900 m², soit 36% de la demande placée totale du 1er semestre 2017, un niveau quasi stable d’une année sur l’autre, annonce Cushman & Wakefield dans son étude semestrielle sur les grands mouvements d’entreprise en Ile-de-France. L’année a mieux démarré, en 2017 qu’en 2016, sur le front des grands mouvements avec une hausse de 16% du volume transacté, à comparer aux 4% de croissance du marché toutes surfaces confondues.  Ce bon résultat est essentiellement porté par la transaction hors norme du groupe NATIXIS (89 650 m²) dans les tours « Duo » sur la ZAC Rive Gauche à Paris - la plus importante transaction de la décennie.

« Aucun mouvement de cette taille n’avait été observé sur le marché depuis 4 ans » précise Magali Marton, Directrice des Etudes de Cushman & Wakefield. « C’est dire le caractère exceptionnel de cette transaction, qui illustre l’appétence des utilisateurs pour les surfaces neuves et une accélération de leur prise de décision les menant à se positionner très en amont de la livraison des immeubles ».

Le Croissant Ouest revient en force et prend le contrepied de sa mauvaise performance de 2016. Ce secteur concentre 10 des 28 transactions enregistrées au 1er semestre 2017, soit une part de marché de 36% pour un volume de 140 300 m². Sans réitérer son record de 2016, Paris intra-muros, continue de séduire les entreprises avec 156 700 m² placés, soit 37% du volume total mi-2017. Ces mouvements vers la Capitale illustrent la recherche d’une certaine forme de centralité et d’une meilleure insertion dans le tissu urbain. Le conseil précise que la captivité des entreprises quant à leur lieu d’implantation est toujours forte : près de 60% des acteurs restent dans le même secteur. La Défense et Paris marquent leur différence et démontrent leur capacité à attirer les utilisateurs hors de leurs périmètres : 3 reports depuis le Croissant Ouest pour La Défense et 3 depuis la 1ère et 2ème Couronne pour la Capitale.

Les immeubles de première main représentent plus de la moitié des grandes transactions de bureaux, soit 64% des commercialisations au 1er semestre 2017. Ce résultat reste dans des proportions similaires d’une année sur l’autre et  s’inscrit dans une constante de marché où les bureaux neufs ou restructurés ont toujours eu la préférence des grands utilisateurs. Le fait nouveau vient du taux de précommercialisation – c'est-à-dire positionnement des entreprises en amont de la livraison voire de la mise en chantier : il atteint 81% du volume et 72% du nombre total des transactions relevées au 1er semestre de l’année. C’est à Paris que ce phénomène est le plus sensible : toutes les signatures ont été des précommercialisations. Elles témoignent d’un empressement des utilisateurs à sécuriser leur future implantation alors même que la production de surfaces de première main va atteindre un niveau historiquement élevé cette année dans la Capitale (plus de 505 000 m²).

La valeur locative médiane des transactions de plus de 5 000 m² – 460 €/m²/an au 1er semestre 2017 - a diminué d’une année sur l’autre dans un contexte de marché moins centré sur la Capitale et mieux réparti sur les autres secteurs. Depuis le début de l’année, la moitié des surfaces transactées l’a été entre 350 €/m²/an et 520 €/m²/an. Ces niveaux de loyers correspondent, entre autres, à des immeubles neufs ou restructurés dans le Croissant Ouest ou des surfaces rénovées à La Défense.

«Selon nos dernières estimations, les grandes transactions de bureaux devraient atteindre 1 million de m² d’ici la fin de l’année » ajoute Nicolas Coutant, Directeur du pôle Grands Comptes. « Le rythme des prises à bail s’accélère, essentiellement à Paris et dans l’Ouest ; en dépit d’une relance de mises chantiers, les entreprises sécurisent très en amont leurs futures implantations dans des immeubles neufs ou restructurés à Paris, les seuls aptes à leur permettre la nécessaire transformation de leurs modes de travail.».

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushmanwakefield.fr