Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Office Space Across the World

Hong-Kong : marché de bureaux le plus cher au monde, le coût par poste de travail chute de 19 % à Londres

  • Londres passe de la 1ère à la 2ème place du classement des marchés tertiaires dans le monde mais reste deux fois plus chère (22 665 $ par poste de travail) que Paris ou Francfort.
  • À coût identique, 100 collaborateurs à Hong Kong équivalent à 300 à Toronto, 500 à Madrid et 900 à Bombay.
  • Le coût moyen annuel par poste de travail a augmenté de 1,5 % dans le monde, en 2017
  • Les modes de travail et l’émergence des technologies devraient bouleverser ce classement dans le futur.

Paris, le 4 décembre 2017 – « Office Space Across The World », étude annuelle récemment publiée par Cushman & Wakefield, indique clairement que Hong-Kong a supplanté le quartier londonien du West End, et devient ainsi le marché de bureaux le plus cher au monde.

Office Space Across The World analyse les coûts d’occupation sur 215 marchés de bureaux dans 58 pays. S’appuyant sur des données exclusives, l’étude dresse un classement mondial des coûts d’occupation par poste de travail, et observe la densité des lieux de travail, des bureaux neufs ou rénovés

L’offre limitée et une forte demande des entreprises de la Chine continentale ont fait grimper les coûts à Hong-Kong (+5,5 %, soit 27 431 $). La hausse des loyers pousse un nombre croissant de multinationales à déménager dans des secteurs excentrés et moins onéreux. A titre de comparaison et à coût identique, installer 100 collaborateurs à Hong-Kong revient à faire de même pour 300 à Toronto, 500 à Madrid et 900 à Bombay

A contrario, les coûts ont chuté de 19 % en un an à Londres, essentiellement en raison de la dépréciation de la livre sterling. Le coût annuel par poste de travail s’établit désormais en moyenne à 22 665 $. Les coûts ont également diminué à Paris, classé dans le top 10, en étant presque moitié moins chère que Londres.

Les 10 principaux marchés de bureaux mondiaux classés en fonction des coûts d’occupation
(Source : Cushman & Wakefield)

Rang

Ville (Région)

Coût annuel par poste de travail en USD

1

Hong Kong (Asie Pacifique)

27 431

2

West End, Londres (Europe)

22 665

3

Tokyo (Asie Pacifique)

18 111

4

Fairfield County (Amériques)

17 414

5

San Francisco (Amériques)

16 205

6

New York (Amériques)

15 931

7

Silicon Valley (Amériques)

15 004

8

Genève (Europe)

13 424

9

Sydney (Asie Pacifique)

11 997

10

Paris (Europe)

11 756

 

En 2017, le coût moyen annuel mondial par poste de travail a augmenté de 1,5 % en raison d’une hausse observée sur le continent Américain (+4,2 %) et Asiatique et Pacifique (+3,4 %). En Europe, les coûts ont, à l’inverse, baissé de 1,3 %. Les fluctuations monétaires sont à l’origine des changements les plus importants du classement. Pour les entreprises cherchant à réduire leurs coûts, c’est un facteur qui pèsera davantage que l’évolution des loyers dans les années à venir.

Parallèlement à la hausse des coûts d’occupation, la densité sur le lieu de travail (nombre de collaborateurs travaillant dans un espace donné) a également augmenté à l’échelle mondiale au cours de l’année 2017. Dans les grandes métropoles comme New-York, Londres, Tokyo et Hong-Kong, les employeurs cherchent à gérer au mieux l’accroissement de leurs effectifs tout en tirant le meilleur parti de l’aménagement de leurs locaux.

L’étude met par ailleurs en avant les tendances qui impactent déjà le classement des marchés de bureaux. L’impact phénoménal des technologies a donné naissance à une nouvelle génération d’entreprises moins attachées aux grandes métropoles internationales que ne le sont les banques et les institutions financières : Paris marque sur ce point et à nouveau sa différence avec un attachement des entreprises de la net économie au marché du QCA parisien. La livraison d’immeubles hyper qualitatifs et centraux tirant les valeurs locatives à la hausse, Paris devrait donc remonter dans le classement 2018.

Ces technologies permettent également aux salariés équipés d’un ordinateur portable et d’une connexion Internet, de travailler partout. Cette mutation redessine le paysage, la fonction du siège pour les entreprises et favorise de nouveaux modes de collaboration.

Auteure de l’étude, Sophy Moffat du département Études EMEA chez Cushman & Wakefield commente : « Hong-Kong et Londres sont, et de loin, les marchés de bureaux les plus coûteux dans le monde, mais, à l’ère du numérique, les villes secondaires s’affirment progressivement comme des concurrentes, ce qui était impensable à l’ère industrielle. Derrière les marchés mondiaux établis, des agglomérations telles que Stockholm, Austin et Séoul gagnent des places au classement en fonction des coûts. Désormais 21ème sur notre liste, Austin qui devient un pôle technologique à part entière, reste 40 % moins chère que la Silicon Valley ».

Face à la hausse du coût par poste de travail, il devient essentiel pour les employeurs d’optimiser les performances de leurs salariés, en proposant des environnements de travail qui contribueront à attirer et fidéliser les meilleurs talents sur un marché mondial concurrentiel. Il existe un point de bascule lorsque la densité est trop élevée ou lorsque les espaces dédiés à la collaboration sont trop limités. Ces deux écueils peuvent impacter la performance des salariés. Avec l’intensification de la concurrence entre espaces et villes, la prise en compte de l’expérience des utilisateurs et du bien-être des collaborateurs est indispensable. »

À plus long terme, le rapport prévoit un certain rééquilibrage des coûts d’occupation dans le monde, au moment où les talents et les entreprises se tournent vers les économies émergentes. D’ici 2025, plus de 45 % des entreprises du classement Fortune Global 500 devraient être originaires de marchés émergents, versus 5 % en 1990

Télécharger l'étude ici : http://www.cushmanwakefield.com/en/research-and-insight/2017/office-space-across-the-world/

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushmanwakefield.fr ou suivez-nous sur @CushWakeFrance, sur Twitter.