Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Urban Logistics - Développer l’espace logistique urbain pour répondre aux enjeux du commerce en ligne

Développer l’espace logistique urbain pour répondre aux enjeux du commerce en ligne

  • Les prévisions de Cushman & Wakefield issues du « Modèle Espace Urbain » anticipent une hausse de 69% du volume des colis en Europe d’ici 2021
  • Londres concentre de loin la demande d’espaces logistiques urbains la plus importante d’Europe : 870 000 m² en 2017 et 1,2 million de m² en 2021
  • Le coût des livraisons urbaines en Europe s’établit à 70 milliards d’euros et devrait enregistrer une croissance de 7 à 10% d’ici 2021
  • La demande d’espaces logistiques urbains devrait doubler à Madrid et à Barcelone

Paris, 28 novembre 2017 - Pour répondre à la croissance exponentielle du e-commerce et aux enjeux de livraison du dernier kilomètre, une augmentation significative des besoins en logistique urbaine est attendue dans les principaux centres urbains d’Europe au cours des prochaines années, selon la récente étude de Cushman & Wakefield « Urban Logistics ».

Cette étude s’appuie sur les conclusions d’un modèle conçu par Cushman & Wakefield en partenariat avec P3 Logistic Parks - « Urban Space Model » - dont la finalité est de quantifier la demande future en espaces logistiques urbains des principaux marchés du e-commerce en Europe, sur la base des volumes actuels et surtout anticipés, de ventes en ligne.

Ce nouveau segment immobilier à la jonction entre logistique et e-commerce, dont l’étude tire son nom, fait écho aux croissances rapides des ventes en ligne et des livraisons de colis. Le modèle anticipe une progression de 69% des volumes de livraisons en Europe d’ici 2021, avec néanmoins des besoins en surfaces très contrastés selon les marchés considérés. Le socle méthodologique du modèle combine un certain nombre de paramètres d’entrée avec des hypothèses basées sur les pratiques existantes en matière de supply chain urbaine et de livraisons, associés aux données de ventes en ligne.

En termes de population et de pouvoir d’achat, Londres s’affirme comme le marché le plus puissant en Europe, tant en termes de profondeur que de maturité du e-commerce. La demande en espaces logistiques urbains y atteint actuellement 870 000 m² et devrait dépasser 1,2 million de m² en 2021, soit une progression de l’ordre de 40% en 4 ans.

L’Allemagne se classe en 2ème position, en raison d’une structuration de son marché autour de plusieurs métropoles décentrées d’une part, mais également d’une plus grande pénétration des pratiques de shopping en ligne par rapport à ses voisins. La demande en espaces logistiques urbains devrait y croître de 77%, sachant que les besoins anticipés sur son plus grand marché - Berlin avec 370 000 m² prévus en 2021 - représenteront moins du tiers de ceux projetés pour Londres.

Sur le Continent, certains marchés aujourd’hui considérés comme les moins matures devraient, assez logiquement, bénéficier d’une forte augmentation des ventes en ligne à horizon 2021. Elles vont donc soutenir une croissance graduelle de la demande en mètres carrés supplémentaires d’espaces logistiques urbains d’ici 2021. Les progressions les plus significatives de ces besoins concernent l’Espagne, avec un doublement des surfaces attendu tant à Madrid (360 000 m²) qu’à Barcelone (167 000 m²).

En France, les prévisions du modèle indiquent une croissance des besoins de 77% en logistique urbaine et placent Paris dans le trio de tête des métropoles les plus dynamiques d’Europe continentale. « D’ici 2021, un peu de plus 281 000 m² seront nécessaires aux acteurs du e-commerce pour répondre à la demande de la population à Paris. Sur la base de cette 1ère estimation, il convient maintenant de porter cette question auprès des opérateurs publics et de trouver ensemble des solutions innovantes et originales. Nous constatons également via nos transactions portant sur « le dernier kilomètre » ainsi que celles du marché, que l’offre aux portes de Paris reste extrêmement limitée, et que c’est bien le prestataire qui s’adapte aux contraintes du bâti existant plutôt que l’inverse. A l’heure où Paris se réinvente, la fonction logistique, créatrice de valeurs économiques pour la région Ile-de-France dans son ensemble, doit trouver sa place naturelle dans le tissu urbain » commente Jean-Francois Gloux, Directeur du département Activités Nord Ile-de-France de Cushman & Wakefield.


L’étude souligne également le coût élevé des livraisons urbaines, qui absorbent jusqu’à 50% des coûts totaux de la chaîne logistique en Europe, soit 70 milliards d’euros. Coûts qui devraient augmenter de 7 à 10% au cours des cinq prochaines années. Les solutions en immobilier logistique sont actuellement reléguées à la périphérie des grandes villes, les centres urbains restant difficilement accessibles en raison d’une compétition entre usages fonciers à forte valeur ajoutée,  et d’une opposition plus ou moins latente des pouvoirs publics à l’égard des activités logistiques.

Lisa Graham, Head of EMEA Logistics Research & Insight chez Cushman & Wakefield, commente: « Nous faisons de plus en plus notre shopping en ligne, il est donc vital que nos grandes villes soient mobilisées pour accompagner l’accroissement des capacités de livraisons de colis dans toute l’Europe. Notre « Modèle d’Espace Urbain » révèle une croissance substantielle prévue sur l’ensemble des marchés. Que le Royaume-Uni affiche la hausse la plus faible (+42%) en dit long sur la direction que prend le marché. »

Il sera donc crucial pour le commerce en ligne et les logisticiens (3PL et prestataires de transports), de prendre davantage pied au sein d’espaces de logistique urbaine pour répondre aux exigences grandissantes des clients en termes de rapidité et de fiabilité des livraisons. La réduction de ces coûts de livraisons pourrait permettre aux opérateurs de supporter les loyers plus élevés de ces espaces logistiques urbains.

David Szendzielarz, Directeur de la logistique urbaine de P3 Logistic Parks, développeur et investisseur pan-européen, ajoute  : « La logistique urbaine devrait être l’un des marchés dont la croissance sera la plus significative ces prochaines années du fait de la montée en puissance du e-commerce dans toute l’Europe. Chaque kilomètre supplémentaire accroît les coûts et les délais de livraison. De toute évidence, la demande est bien présente. Pour autant, sécuriser les autorisations pour développer des sites logistiques adaptés au cœur des centres villes représente un défi en soi. P3 travaille en étroite collaboration avec les clients et les pouvoirs publics pour développer des solutions à même de combler l’écart entre l’offre actuelle et la demande future, tout en répondant au besoin d’une livraison rapide, respectueuse de l’environnement, et qui limite la congestion du trafic dans les grandes villes. »

Rob Hall, Head of EMEA Logistics and Industrial chez Cushman & Wakefield, conclut : « Notre « Modèle Espace Urbain » fournit un éclairage précieux aux utilisateurs comme aux investisseurs et promoteurs pour anticiper la demande sur le segment le plus dynamique du secteur logistique. »

>> Téléchargez le rapport complet URBAN LOGISTICS ici : http://www.cushmanwakefield.co.uk/en-gb/research-and-insight/2017/urban-logistics/

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. 2017 marque le centième anniversaire du label Cushman & Wakefield. Cent années durant lesquelles nous avons mis les idées de nos clients en action. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushwakecentennial.com, www.cushmanwakefield.fr  ou suivez-nous sur @CushWakeFrance, sur Twitter