Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Le monde change, l’immobilier de commerces aussi !

Le monde change, l’immobilier de commerces aussi !

Cushman & Wakefield présente le bilan 2017 et les perspectives 2018 

du marché français de l’immobilier de commerces

Paris, 31 Janvier 2018 – L’année 2017 aura été riche en évènements pour le secteur des commerces en France. Dans un contexte de reprise économique favorable à la consommation, les acteurs du commerce s’accordent pour faire état d’un secteur en mutation, qu’il s’agisse de consommation ou de distribution. Cushman & Wakefield passe en revue les dernières tendances et évolutions du marché au cours des 12 derniers mois et présente ses perspectives pour 2018.

A retenir :

  • Une croissance économique régulière qui s’installe
  • Evolution contrastée de la consommation avec un solde annuel légèrement positif (+0.9%)
  • Un marché en mutation où apparaissent de nouvelles enseignes et se développent de nouveaux formats
  • Le retour des touristes internationaux à Paris
  • Accélération des livraisons au 4ème trimestre pour un total d’environ 780 000 m² inaugurés en 2017
  • Un pipe-line encore bien rempli (1 million de m² annoncés) pour 2018
  • Un marché de l’investissement en repli avec 3,6 milliards d’euros investis en immobilier de commerce mais des perspectives plus porteuses en 2018 (autour de 4 milliards d’euros)

Des fondamentaux économiques qui s’installent

Les indicateurs de reprise économiques sont bel et bien au vert en cette fin d’année 2017 : la croissance du PIB revue à la hausse par l’INSEE avec +1,9%, la mise en place de mesures visant à renforcer le pouvoir d’achat des ménages et le retour de la confiance des entrepreneurs. Les effets de cette politique sont très attendus afin de stabiliser l’évolution erratique de la consommation, qui a montré des signes d’instabilité au cours de l’année.

Dans un marché en pleine évolution, la souplesse et l’agilité sont de mise. Stimulées par la montée de l’e-commerce, et la généralisation de l’omnicanalité, les enseignes se sont montrées très actives en 2017 : liquidations, arbitrages, reprises partielles ou totales, changements de format, auront marqué l’année notamment dans le secteur du textile. C’est par ailleurs le secteur « food & beverage » qui remporte la palme et devient un élément clé d’ancrage et de stabilité pour les pôles commerciaux. Que ce soit en périphérie ou en centre-ville, les bonnes performances du secteur de la restauration et le développement des enseignes alimentaires et de restauration en sont les illustrations.

Sursaut inaugural au 4ème trimestre

Il aura fallu attendre la fin de l’année pour assister au retour des livraisons de nouvelles surfaces commerciales contribuant à un total d’inaugurations supérieur à 750 000 m², en recul de 8% en un an. Bien qu’éloigné des 1,2 million de m² annoncés début 2017, ces réalisations font apparaître des taux de transformation honorables : 79% en centres commerciaux et 54% pour les retail parks. Ces derniers ont contribué pour une large part au dynamisme des ouvertures, représentant 63% de la totalité des m² livrés en 2017. Les trois quarts des inaugurations ont concerné des actifs neufs (hors extensions et rénovations de pôles existants), portés à nouveau par le secteur des retail parks (89%) qui bénéficie d’un pipeline encore très fourni pour les années à venir. Les actifs de périphérie devraient poursuivre leur essor à moyen terme.

« La frontière entre parcs d’activité commerciales et centres commerciaux s’atténue tant la qualité architecturale, la mise en place des normes environnementales, la convivialité, et la diversité d’enseignes présentes dans les ensembles périphériques répondent aux envies de consommateurs lassés par un urbanisme commercial historique par ailleurs vieillissant» précise Christian Dubois, Head of Retail Services France.

Côté occupation, les enseignes mènent le jeu et accentuent la pression sur les bailleurs pour tenter de faire baisser les valeurs locatives. Celles-ci résistent bien sur les pôles et artères où les flux répondent présents ; il est néanmoins plus difficile de les contenir sur les emplacements plus secondaires, avec un impact inévitable sur le droit au bail qui, dans certains cas, peut aller jusqu’à disparaître lorsque la vacance commerciale s’installe ... Le gouvernement vient par ailleurs de proposer son plan « Action Cœur de Ville » en réponse aux diverses réflexions menées sur la désaffection commerciale constatée dans certaines agglomérations. Dès 2018, plus de 5 millions d’euros seront donc dédiés aux commerces et collectivités locales en faveur de la revitalisation commerciale des centres-villes.

Investissement : un recul de la part du commerce avec seulement 3,6 milliards d’euros en 2017

Le second semestre aura heureusement été productif pour l’activité transactionnelle en immobilier commercial, permettant de rattraper une partie du retard accumulé sur les 6 premiers mois. L’année 2017 se termine donc sur un volume total de 3,6 milliards d’euros, confirmant la tendance baissière amorcée depuis  2015. Ralentissement ne veut pas dire interruption, le marché de l’investissement des commerces continue d’être alimenté en continu par des opérations de plus en plus nombreuses portant sur des petits volumes, de quoi assurer un socle pour les années qui arrivent.

« Les investisseurs en commerce vont devoir s’adapter à cet ajustement du marché qui prend acte de la fin de la politique d’arbitrages réalisée en portefeuille par des foncières ou des fonds d’investissements arrivant à échéance et surtout d’une recherche impérieuse de consensus entre vendeurs et acquéreurs qui a tendance à prolonger les processus de vente. Nous sommes cependant optimistes quant à un redressement du marché avec une anticipation de l’ordre de 4 milliards d’euros d’investissement en 2018 » ajoute Vanessa Zouzowsky, Head of Capital Market Retail chez Cushman & Wakefield.

Télécharger l’étude :

Téléchargez l'étude ici : http://www.cushmanwakefield.fr/fr/research-and-insight/2018/marketbeat-france-commerces-bilan-2017/

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushmanwakefield.fr ou suivez-nous sur @CushWakeFrance, sur Twitter.