Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Atlas Investment 2018

Le marché des capitaux asiatiques génère une hausse record des investissements immobiliers à l’échelle mondiale

  • Les investissements en immobilier ont atteint en 2017, à l’échelle mondiale, un nouveau sommet à 1 620 milliards de dollars US
  • Les capitaux asiatiques représentent plus de la moitié des capitaux investis
  • Balayant les craintes suscitées par le Brexit, Londres reste la ville la plus prisée pour les capitaux internationaux
  • Nouvelle hausse potentielle des volumes mondiaux en 2018

Cannes, 14 mars 2018Lancé aujourd'hui à l’occasion du MIPIM (Marché international des professionnels de l'immobilier) sur le stand de Cushman & Wakefield (Riviera R7.G9), l'Atlas mondial des investissements 2018 analyse les tendances internationales de l’année 2017 en matière d'investissement, et anticipe la performance du marché pour 2018. La dernière version de ce rapport publié tous les ans indique un niveau record d'investissements immobiliers, avec un total de 1 620 milliards de dollars US contre 1 430 milliards de dollars US en 2016, et anticipe une nouvelle progression en 2018.

Les investisseurs asiatiques ont été le principal moteur de ces investissements immobiliers record, leurs capitaux représentant plus de la moitié des fonds déployés, et 46% de l'activité transfrontalière. L’éventail des sources de capitaux continuant d'augmenter par ailleurs dans cette région, cette suprématie devrait durer un certain temps.

Volumes d'investissement dans le monde par continent

Selon l’étude, les investisseurs internationaux de la région Asie-Pacifique ont augmenté leur exposition immobilière dans la plupart des marchés, les États-Unis constituant une exception notable en raison de plusieurs facteurs. La phase du cycle du marché et l'incertitude relative aux politiques américaines, ainsi que les contrôles de capitaux domestiques en Chine ont entraîné une baisse de l'activité dans cette partie du Monde. Ce recul de l’Amérique du Nord a cependant favorisé la progression des volumes d’investissements de ces opérateurs en Europe, les investissements provenant d'Asie ayant augmenté de +96% en glissement annuel en raison de plusieurs transactions de grande envergure, notamment des acquisitions de plates-formes en vue de la mise en œuvre de l'initiative chinoise « Belt and Road ».

Contrairement aux croyances selon lesquelles les populismes européen et américain se traduiraient par un regain de prudence chez les investisseurs et par une hausse de leurs achats dans leur pays d’origine, leurs investissements domestiques ont en fait reculé au cours de l'année tant en Europe qu'en Amérique du Nord. L'augmentation mondiale des investissements domestiques est uniquement imputable aux acquéreurs de la région Asie-Pacifique (+39,9 % en glissement annuel).

Les États-Unis restent la principale destination des investisseurs internationaux, mais leur avance a fondu ; à l'échelon régional, l'Europe était largement en tête, attirant 50 % des dépenses transfrontalières. En ce qui concerne les villes, Londres s'est maintenue en tant que destination la plus recherchée des investisseurs internationaux, les craintes liées au Brexit étant atténuées par la confiance dans l'attrait à long terme de la ville ainsi que par la baisse de la livre sterling et son impact sur les prix devenus encore plus attractifs.

Carlo Barel di Sant’Albano, Chief executive Global Capital Markets & Investor Services chez Cushman & Wakefield, commente : « L'immobilier mondial a enregistré une performance exceptionnelle en 2017, avec une forte hausse des volumes et des valorisations. Cette situation a suscité une bonne dynamique en début d’année 2018, l'équilibre des prix, de l'offre et de la demande indiquant une nouvelle année robuste. En effet, alors que les opportunités sont difficiles à trouver, nous prévoyons une légère hausse des volumes mondiaux grâce à des projets plus nombreux, une hausse des prises de bénéfices et une activité plus soutenue des entreprises. »

Au plan régional, les tendances d'investissement en Europe et au Moyen-Orient ont divergé l'an dernier, l'Europe enregistrant sa troisième année la plus forte alors que les volumes du Moyen-Orient ont atteint leur niveau le plus bas depuis 2012. Les turbulences politiques ont clairement pesé sur la confiance des investisseurs sur cette région du Monde, alors que l'Europe a été largement saluée pour a performance économique la plus robuste en dix ans.  Le Royaume-Uni et l'Allemagne sont restés les marchés les plus ciblés en Europe, les volumes totaux du Royaume-Uni clôturant l'année sur un excédent de +3,9 % par rapport à ceux de l'Allemagne, où la pénurie de produits a laissé de nombreux acheteurs potentiels sur leur faim.

En Asie, la Chine est restée en tête, Pékin surperformant Shanghai, le marché favori de l'année 2016, avec des volumes augmentant de 105 % en glissement annuel. En dehors de la Chine, les transactions dans les pays émergents d'Asie affichent une situation positive, avec une hausse des flux vers l'Indonésie et la Malaisie et des volumes records pour les investissements haut de gamme en Inde, en dépit de l'impact économique négatif de la démonétisation.

Alors qu'elle a fini par sortir de la récession, l'Amérique latine a connu sa deuxième période la plus mauvaise pour l'investissement immobilier avec une chute de 29 % des investissements nord-américains.  Toutefois, en dépit des tensions commerciales et politiques, les perspectives 2018 pour cette partie du globe s'éclaircissent, étant donné que les marchés émergents en général, et le Brésil en particulier, deviennent plus attrayants.

Malgré la surperformance de l'économie américaine, l'activité d'investissement en Amérique du Nord a décliné l'an dernier, avec une chute globale de 6,9 %. Si les acheteurs mondiaux et domestiques ont réduit leur activité, certains segments sont demeurés solides. Par exemple, les investissements canadiens ont connu leur progression la plus forte depuis cinq ans, à +12%, et des capitaux records ciblent toujours les États-Unis. En conséquence, les perspectives restent excellentes pour 2018 et les transactions devraient augmenter, même si la pénurie de grands volumes pourrait stabiliser l’activité.

L'auteur du rapport, David Hutchings, Head of EMEA Investment chez Cushman & Wakefield, poursuit : « La principale raison de se réjouir actuellement est la bonne santé de l'économie et la synchronisation mondiale de la reprise. La hausse des projets immobiliers et des financements en 2017 indique que les investisseurs tiennent déjà compte de ces bons fondamentaux, mais la solidité du marché locatif pourrait surprendre pendant l'année à venir.

Les guerres commerciales entre les super puissances pourraient cependant ralentir le rythme des investissements. Pour autant, étant donné la dynamique économique solide et les tensions sur les marchés du travail nous sommes optimistes sur une hausse des investissements commerciaux et la prolongation de cycle immobilier. Il pourrait se trouver stimulé encore davantage par l'adoption de nouvelles technologies et méthodes de travail. Parallèlement, nous sommes susceptibles de nous trouver au début d'une phase de reprise de l'inflation, mais le rythme du resserrement des taux d'intérêt devrait rester lent et la politique demeurer incitative pendant une grande partie de l'année 2018.

En conséquence, la hausse de la confiance va libérer davantage de capitaux pour les investissements immobiliers. Les flux de capitaux devraient ainsi être plus dynamiques et les investisseurs devraient minorer l’importance des perturbations actuelles du marché. Ils doivent se concentrer sur la croissance, profiter des zones de changement structurel et cyclique, et préparer l’avenir en déterminant comment diminuer le risque de leurs portefeuilles afin de tirer le meilleur parti des évolutions futures ».

Téléchargez l'étude Atlas Investment Cushman & Wakefield ici

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. 2017 marque le centième anniversaire du label Cushman & Wakefield. Cent années durant lesquelles nous avons mis les idées de nos clients en action. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushmanwakefield.com, www.cushmanwakefield.fr ou suivez-nous sur @CushWakeFrance, sur Twitter