Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Marché des bureaux en Ile-de-France au 1er trimestre 2018

Marché des bureaux en Ile-de-France au 1er trimestre 2018 :

A fond de train !

Paris, 9 Avril 2018 – Dans la continuité d'un 4ème trimestre 2017 d'anthologie (875 900 m² commercialisés, un record absolu), le marché des bureaux en Ile-de-France signe à nouveau l'une de ces plus belles performances pour un 1er trimestre avec 741 800 m² commercialisés (+13% en un an), selon la dernière étude sur le marché des bureaux en Ile-de-France, publiée ce jour par Cushman & Wakefield, conseil international en immobilier d’entreprise. Seule l'année 2006 avait fait mieux avec 756 600 m² placés à la même période.

« Le résultat de 2018 est d'autant plus remarquable qu'il s'inscrit dans un contexte de contraction de l'offre immédiate. Les 2 moteurs puissants que sont les grands mouvements d'entreprises et Paris QCA ont tenu leurs promesses en ce début d'année », commente Magali Marton, Directrice des Etudes de Cushman & Wakefield France. « 23 signatures de plus de 5 000 m² ont été ainsi relevées pour un volume total de 352 200 m² (+15% en nombre et + 9% en surfaces). Côté QCA, le marché va de record en record avec d'ores et déjà 129 000 m² commercialisés (+52% d'une année sur l'autre) ».  

Plus globalement, le marché parisien conserve sa très bonne dynamique (330 800 m², en progression de 11% par rapport à 2017) en particulier sur les arrondissements du QCA-centre ouest alors qu’ailleurs dans la capitale, les volumes de transactions se sont contractés tant au sud (-14%) qu’au nord-est (-19%), faute essentiellement de signatures sur des grands gabarits. Positionné en 2ème position au classement des marchés les plus actifs, le croissant ouest réalise en ce début d’année une meilleure performance qu'en l'an passé avec un volume de transactions en progression de 7% et 192 700 m² signés, dont 128 000 m² sur le segment des grandes surfaces. La première couronne démarre également l’année sur une note positive avec 121 000 m² de bureaux commercialisés, en hausse de 35% d’une année sur l’autre. La Défense emprunte, quant à elle, un chemin inverse avec seulement 24 500 m² consommés (-23% en un an), dont seulement une signature (5 200 m²) supérieure à 5 000 m². 

L'accélération des transactions vient entamer sérieusement le volume d'offres immédiates qui s'établit, à la fin du 1er trimestre 2018, à 3,2 millions de m² à l'échelle francilienne (-10% en un an), soit un taux de vacance de 5,7%. La contraction de l'offre est spectaculaire à Paris (433 000 m² seulement) avec un repli de 21% en un an sur l'ensemble de la capitale, et surtout, dans le QCA (-30% et seulement 161 000 m² vacants). La Défense affiche également un recul de son offre immédiate, dans des proportions quasi similaires (-24%), avec un stock immédiat de 216 000 m². Dans le croissant ouest (889 000 m² - 11,3% de taux de vacance), Neuilly-Levallois suit la tendance parisienne et voit ses disponibilités immédiates (113 000 m²) reculer de 20% en un an; sur les autres secteurs, l'offre est stable tant en boucle sud qu'en péri-Défense alors qu'elle augmente encore en boucle nord. Les bons résultats de commercialisations de la première couronne ont été réalisés en début d'année dans le stock existant; il recule ainsi de 9% en un an et ramène le taux de vacance à 7,7%.

Les lois de l'offre et de la demande tirent les valeurs locatives de transaction de bureaux à la hausse à Paris : 540 €/m²/an en moyenne pour des surfaces neuves ou restructurées et 690 €/m²/an dans le QCA (+10% en un an), et, 430 €/m²/an pour la seconde main (+8% d'une année sur l'autre). Sur les autres marchés, les valeurs locatives sont soit stables pour les surfaces neuves (de 190 à 470 €/m²/an en moyenne) ou encore un peu chahutées pour la seconde main (de 150 à 280 €/m²/an en moyenne). Elles pourraient néanmoins retrouver une meilleure orientation à court/moyen terme à la faveur d'une raréfaction de l'offre immédiate à Paris (2,5% de taux de vacance à la fin du 1er trimestre 2018) qui va continuer d'exercer une pression à la hausse sur les loyers.

« Comme nous l’avions anticipé, la demande des grandes entreprises continue de stimuler le marché des bureaux en Ile-de-France. A Paris les co workers mène la danse avec 4 des 9 signatures de plus de 5 000 m² relevées ce trimestre. Nous sommes donc toujours aussi optimistes sur une nouvelle croissance des volumes de transactions et anticipons une demande placée de 2,8 millions de m² en 2018», précise Ludovic Delaisse, Head of Agency chez Cushman & Wakefield.

Téléchargez l'étude ici : http://www.cushmanwakefield.fr/fr/research-and-insight

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushmanwakefield.fr