Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Marché de l’investissement en France – 1er trimestre 2018

Marché de l’investissement en France – 1er trimestre 2018

2018 = 2017, copie conforme ?


Ce qu’il faut retenir

  • 2018 s’inscrit dans la continuité de 2017 avec un volume investi de 3,9 milliards d’euros (+1% d’une année sur l’autre) depuis janvier,
  • Si les montants investis en bureaux (3,1 milliards d’euros) et commerces (600 millions d’euros) coïncident avec ceux du 1er trimestre 2017 ; la raréfaction des portefeuilles d’actifs industriel disponibles à l’acquisition, a momentanément tari les montants transactés (110 millions d’euros) sur ce segment pourtant largement plébiscité ces dernières années.
  • Principal moteur du trimestre, les acquisitions de bureaux franciliens d’un montant supérieur à 100 millions d’euros, ont capté près de 70% des investissements engagés sur ce secteur.
  • En Ile-de-France, l’activité transactionnelle tertiaire s’est majoritairement concentrée sur le marché parisien où près d’1,5 milliard d’euros d’actifs ont d’ores et déjà changé de mains.
  • Sans toutefois préfigurer de l’issue de l’année 2018, les 3 premiers mois de l’année semblent dessiner de nouveaux profils d’acquéreurs, les véhicules de la pierre papier – SCPI ou OPCI - (19% des montants investis) s’effaçant au profit des fonds d’investissements (38%), et les investisseurs nord-américains actant leur « come back » sur le marché hexagonal.

Depuis janvier, 3,9 milliards d’euros ont été investis en France en immobilier d’entreprise banalisé (bureaux, commerces, entrepôts et locaux d’activité), un volume en hausse de 34% par rapport à la moyenne décennale (2,9 milliards d’euros) mais stable d’une année sur l’autre. 

Selon Magali Marton, Head of Research France : « Dans le contexte économique et locatif d’aujourd’hui, ce démarrage dans la droite lignée de 2017, augure d’un très bon cru 2018 dont le volume annuel est estimé entre 26 et 28 milliards d’euros ».

A 4%, la part des acquisitions industrielles est davantage symptomatique d’une raréfaction des portefeuilles disponibles à l’acquisition, principale modalité d’arbitrage de cette typologie d’actif, que d’un désintérêt des investisseurs.

A l’inverse, bercé par le tempo des grandes transactions d’un montant unitaire supérieur à 100 millions d'euros, la part des acquisitions tertiaires s’élève à 80% des montants investis. Hébergeant les deux principales transactions du trimestre, l’ensemble « Cœur Marais /  Fhive » et « Marché Saint-Honoré », le nord- est parisien et le Quartier central des affaires concentrent respectivement 31% et 29% des acquisitions en Ile-de-France.

En régions, avec 41% des montants investis, les Ventes en l’état futur d’achèvement (VEFA) ont attiré les faveurs des investisseurs comme en témoignent notamment les acquisitions du « Corail » à Marseille par Amundi Immobilier, de l’ensemble mixte « Néo » à Nice par Keys AM, ou encore de l’actif « le Vendôme » à Nantes par La Française REM.

Plutôt discrets en 2017, les assureurs se sont montrés actifs ce trimestre via deux transactions majeures dans l’enceinte de la capitale, « Cœur Marais & Fhive » et « Sixt’In ». En parallèle, la part des véhicules stars de l’année 2017 – OPCI et SCPI - recule de 34% en 2017, à 19% au 1er trimestre 2018 et joue les chassés croisés avec celle des fonds d’investissements (38%), tant nationaux qu’étrangers (nord-américains, britanniques, allemands).

Nils Vinck, Directeur Capital Markets France, précise : « Dans une optique de diversification et de gestion de leurs risques, les OPCI/SCPI  qui s’étaient largement positionnés en 2017 sur des volumes d’acquisitions exceptionnels – au-delà des 100 millions d’euros - ont choisi de réduire cette année la taille unitaire de leurs acquisitions ».

Magali Marton ajoute : « La réduction même momentanée du débit de liquidités et la remontée des taux d’intérêt en Europe pourrait sur le long terme déclencher une remontée des taux actuellement à leurs niveaux plancher ».

Télécharger l’étude :


http://www.cushmanwakefield.fr/fr/research-and-insight/2018/marketbeat-france-investissement-t1-2018

A propos de Cushman & Wakefield

Leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, Cushman & Wakefield accompagne ses clients dans la transformation des modes de travail, de consommation et de vie. Nos 45 000 collaborateurs implantés dans plus de 70 pays conseillent leurs clients, utilisateurs et investisseurs internationaux, dans la valorisation de leurs actifs immobiliers en combinant perspective mondiale et expertise locale à forte valeur ajoutée, à une plate-forme complète de solutions immobilières. Cushman & Wakefield compte parmi les leaders mondiaux de services en immobilier d’entreprise avec un chiffre d’affaires de 6 mds de dollars réalisé via ses lignes de métiers principales : transaction, investissement, gestion d’actifs immobiliers, facility management (sous la marque C&W Services), conseils aux utilisateurs, asset management (sous la marque DTZ Investors), project management et expertise. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cushmanwakefield.fr