Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat Marseille Bureaux T4 2016

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

Triste fin d’année !
Après les très bons résultats du 3ème trimestre (20 400 m² commercialisés), le marché des bureaux 
de Marseille est retombé en cette fin d’année à des volumes assez réduits. Ainsi à peine 10 400 m² 
de bureaux auront été placés au 4ème trimestre, le plus faible de l’année; il en découle un volume 
annuel de transactions de l’ordre de 56 100 m², en baisse de 23% par rapport à 2015. Notons que 
déjà cette année-là, le marché accusait un repli de 22%, par rapport aux 94 000 m² recensés en 
2014.
C’est le segment des surfaces neuves ou restructurées (1ère main) qui porte l’essentiel du recul de 
la demande placée : les ventes et prises à bail de ce type de surfaces ont été divisées par deux en 
un an. Les entreprises ont massivement porté leur choix sur des locaux de seconde main, plus 
abordables; le volume de transactions est quasi égal d’une année sur l’autre.
Ce recul des transactions est principalement sensible sur le secteur « Euroméditerranée Centre 
Ville »; où le volume des commercialisations affiche une baisse de 40% en un an. De son côté, le 
secteur Nord-Littoral enchaine une seconde année de contraction de sa demande placée, tombée à 
moins de 7 000 m². Le recul est moins marqué dans le Sud (-8%) alors qu’ailleurs – Est et Vallée de 
l’Huveaune – les volumes sont stables autour de 6 000 m².
Le nombre des transactions des surfaces supérieures à 1 000 m² est resté stable d’une année sur 
l’autre, tout en portant sur des surfaces moyennes passées de 2 000 m² en 2015 à 1 700 m² en 2016. 
L’autre changement tient dans la répartition géographique de ces mouvements : ils se sont 
majoritairement réalisés hors du quartier Euroméditerranée.