Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF La Defense T3 2017

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MarketBeat IDF La Defense T3 2017 - La Défense demande placée et valeurs locatives

Demande placée : La Défense ou la belle au bois dormant

Le réveil du marché tertiaire de La Défense observé au 2ème trimestre n’aura pas duré, et le 3ème trimestre a vu la demande placée replonger à des niveaux relativement bas pour un secteur habitué, par nature, à des mouvements d’envergure. Le volume des commercialisations a tout juste dépassé 22 000 m² (18 transactions), portant ainsi la demande placée à  97 600 m² depuis le début de l’année, un chiffre en repli de 58% en un an.

Les transactions d’envergure qui constituent l’ADN de La Défense, manquent clairement à l’appel de la conjoncture actuelle. Les 3 mouvements observés sur ce segment de surface depuis le début de l’année  - DELOITTE, RTE, OBS - se sont tous réalisés au 1er semestre et la plus grande transactions du 3ème trimestre n’aura pas dépassé les 3 000 m². La répartition de la demande placée depuis le début de l’année reflète ce « recalibrage » du marché de La Défense : les mouvements de taille intermédiaire (1 000 à 5 000 m²) dominent avec 18 signatures et 44 700 m² traités, en progression de 9% en un an; ils devancent ceux de plus de 5 000 m² (39 600 m²).

Ce trimestre, les prises à bail d’entreprises opérant principalement dans le secteur du conseil et des industries de transformation se sont réalisées sur une poignée d’immeubles : « E+ (ex Ampère) » ou encore « Tour W (ex Winterthur) ». Ces ensembles immobiliers proposent quelques surfaces restructurées mais le plus souvent rénovées.

Stabilisation des valeurs locatives

La faible activité du marché de La Défense au 3ème trimestre n’entraîne pas de changements significatifs des valeurs locatives. Le loyer moyen de transactions de bureaux de première main se stabilise à 450 €/m²/an, en léger repli par rapport aux 460 €/m²/an relevés en 2016.  L’essentiel des mouvements observés sur cette qualité de surfaces correspondent à des bureaux restructurés dont le positionnement loyer est nettement inférieur aux valeurs locatives ambitionnées par la prochaine génération de tours à construire, annoncées entre 550 et 600 €/m²/an.

Dans le même temps, les loyers des bureaux de seconde main confirment leur progression (+2%) : ils s’élèvent à 420 €/m²/an, à comparer à 410 €/m²/an en 2016. Au-delà de l’hétérogénéité des valeurs liée à la qualité et la centralité des immeubles transactés, rappelons que ces loyers sont très largement corrigés à la baisse par l’octroi de mesures d’accompagnement qui représentent 23% en moyenne du loyer facial.