Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat IDF Paris QCA Bureaux T2 2017

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

Demande placée : coup d’accélérateur

Après un 1er trimestre relativement calme (86 300 m² placés), le marché des bureaux de Paris QCA a vu son rythme de commercialisation s’accélérer et renouer avec les niveaux élevés qui sont les siens depuis 2 ans. Plus de 119 000 m² de surfaces tertiaires auront été ainsi placées, un chiffre en progression de 23% par rapport aux moyennes observées depuis 10 ans au 2ème trimestre. Cette performance permet au QCA de passer le cap de la mi année avec déjà 205 800 m² commercialisés, en baisse de 11% d’une année sur l’autre, mais toujours très supérieur à la moyenne long terme (184 400 m²). A cet égard, gardons à l’esprit que cette comparaison s’établit par rapport à une année 2016 record et dans un contexte de disponibilités immédiates extrêmement réduites (moins de 3% de taux de vacance). En dépit de cette contraction de l’offre, le QCA montre une nouvelle fois ses capacités de rebond et confirme son statut de locomotive du marché parisien et francilien.

…moyennes et grandes surfaces à l’honneur

L’emballement du marché du QCA au 2ème trimestre est surtout perceptible sur le segment des grands gabarits d’immeubles (ceux de plus de 5 000 m² avec 22 900 m² placés) à l’image de GIDE et SANDRO, MAJE, CLAUDIE PIERLOT qui, dans leurs choix immobiliers, se sont positionnés sur des immeubles à restructurer et livrables en 2018. Les transactions de surfaces de 1 000 à 5 000 m² auront aussi été plus nombreuses d’un trimestre sur l’autre (plus de 40 000 m² commercialisés au 2ème trimestre) à travers une vingtaine de transactions. De leur coté, les petites surfaces continuent d’animer le marché et concentrent plus de la moitié de la demande placée du trimestre et du semestre.

Valeurs locatives : le prime passe la barre des 800 €/m²/an

La barre symbolique des 800 €/m²/an a été franchie pour les prises à bail observées ce trimestre dans des immeubles prime du QCA. Cette valeur traduit un double phénomène ; d’un côté, une demande soutenue des entreprises pour des surfaces très qualitatives, de l’autre une offre relativement limitée pour des projets immobiliers disponibles à moyen terme. Hormis ces produits d’exception, les loyers de transaction des bureaux restructurés sont stables, autour de 650 €/m²/an alors que les surfaces de seconde main se traitent en moyenne à des valeurs faciales de 545 €/m²/an, un point haut historique depuis 2001. 

Lisez l'étude complète en téléchargeant le PDF