Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat Lyon T2 2017

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86 46 10 95

Contacter

Ce qui suit est un résumé

Lyon Bureaux : Demande placée

Demande placée: nettement moins bon que l’an passé !

La dynamique haussière à l’oeuvre sur le marché des bureaux de Lyon depuis 3 ans semble marquer le pas au 1er semestre 2017. Alors que depuis 6 trimestres, la demande placée avait franchi plutôt facilement  la barre des 60 000 m², le début de l’année 2017 montre un ralentissement assez net. Au cumul du 1er semestre, seulement 109 300 m² de bureaux ont été commercialisés sur le marché lyonnais, un chiffre en repli de 20% sur un an et en dessous de la moyenne décennal du 1er semestre (114 000 m²). En termes de qualité des surfaces traitées au  1er semestre, les bureaux de 1ère main accusent une baisse plus importante que ceux de 2nde main (respectivement - 30% et -15% environ). L’année 2016 s’est caractérisée par des positionnement d’entreprises visant majoritairement des bureaux de 2nde main ; cette tendance s’est poursuivie et même accentuée au 1er  semestre 2017.

Les grandes transactions manquent à l’appel

Les nombreuses transactions de plus de 2 000 m² qui ont animé le marché lyonnais depuis 2013 manquent à l’appel du 1er semestre 2017 : celles-ci n’ont totalisé que 27  500 m² seulement, loin de leur performance des dernières années (125 000 m² traités en moyenne entre 2013 et 2016). Ces grands mouvements (8 au total) se sont réalisés exclusivement à Lyon intra-muros, plus précisément sur le secteur Carré de Soie / Grand Clément (ATOS, VEOLIA et SUEZ ENVIRONNEMENT).
A l’inverse, le marché a gardé le cap pour les bureaux compris entre 500 et 2 000 m². Le rythme a même forci pour les surfaces de 200 à 500 m² (plus de 25 000 m² commercialisés au 1er semestre 2017), une performance très au-delà de son volume annuel moyen (42 000 m² sur 10 ans). 

La Part-Dieu résiste…les destinations alternatives gagnent du terrain

Le leadership de La Part-Dieu sur le marché lyonnais (23 500 m² placés depuis le début de l’année) se vérifie à nouveau. Pour autant, l’écart se resserre avec ses poursuivants, qu’il s’agisse de destinations tertiaires intramuros comme Gerland, Vaise, Carré de Soie / Grand Clément - entre 9 900 et 12 000 m² traités en 6 mois –   ou de la périphérie (9 600 m² pour le Nord Ouest).