Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

MarketBeat France Commerces Bilan 2017

Magali Marton

Directrice Serv Etudes

Directrice Serv Etudes

T: +33 1 86461095

Contacter

Ce qui suit est un résumé

MARKETBEAT France Commerces Bilan 2017 - Perspectives 2018. Repenser les codes, réinventer les modes

Flexion, extension !

L’inéluctable transformation du marché (implantation d’enseignes internationales très compétitives, montée de l’e-commerce et omnicanalité, évolution du comportement des consommateurs), a conduit l’ensemble des acteurs du marché à revoir leurs schémas de fonctionnement. L’omnicanalité est désormais un concept assimilé, mais les enseignes tâtonnent encore sur la part à réserver au commerce en ligne par rapport à leurs réseaux existants de commerce physique.

Les codes sont en train de changer et la survie des enseignes dépend de leur capacité à anticiper les attentes de leurs clients et à optimiser leurs stratégies en conséquence.

Poussées par l’ampleur du phénomène « discount » qui a laissé peu de place aux acteurs les plus discrets, certaines enseignes traditionnelles ont rencontré des difficultés au moment de passer la vitesse supérieure. L’année 2017 aura donc été charnière pour un grand nombre d’entre elles et particulièrement en équipement de la personne. Certains redressements se sont soldés, pour les moins chanceuses par une cessation d’activité et pour les plus fortunés par un rachat et une reprise, avec pour certaines, des ventes à la découpe comme pour les enseignes du groupe VIVARTE. D’autres ont mis en place une politique d’arbitrage sévère, mettant l’accent sur l’optimisation de leurs meilleurs actifs.

Souplesse exigée

Dans un monde qui change et se renouvelle en permanence, le pop-up store ne connait pas la crise. Principalement utilisé dans le secteur de la mode, le concept se répand y compris pour les commerces de luxe.

Aussi, les GALERIES LAFAYETTE de « Carré Sénart » se sont repositionnées avec la volonté d’afficher leur identité originelle de grand magasin. Avec un mobilier unique et la disparition des corners, la visibilité des marques s’estompe au profit d’une certaine harmonie architecturale, laissant plus de souplesse au renouvellement des marques et des collections. Une façon de se démarquer mais aussi de stimuler le développement en propre des enseignes.

Discrètement, mais sûrement…

Le marché français reste très attractif auprès des enseignes étrangères qui, après plusieurs années de présence dans l’hexagone sur un ou plusieurs emplacements, ont consolidé leur réseau avec l’ouverture de nouveaux établissements.

C’est le cas de KRUIDVAT qui va tranquillement sur ses 8 magasins, RITUALS, SOSTRENE GRENE, ou HEMA qui totalise désormais 68 magasins dans l’hexagone. Les enseignes BIJOU BRIGITTE, SEASIDE, NEW YORKER, deviennent désormais familières y compris en province où elles poursuivent leur expansion.

Percée chinoise

Quelques enseignes d’origine chinoise ont investi récemment le marché français, s’adressant autant à la clientèle locale qu’à leurs compatriotes touristes : les téléphones HUAWEI (rue Montmartre) mais aussi les bijoux DARRY RING (Carrousel du Louvre) font leur apparition en France par l’ouverture de boutiques exclusives sur Paris. En textile, MO&CO a ouvert sa première boutique rue Vieille du Temple. Au vu des performances du marché touristique, cette tendance devrait se poursuivre dans les mois qui viennent.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à télécharger l'étude ci-dessus.

Cushman & Wakefield